Pas forcément convaincante dans tous les domaines en thermique, est-ce que l'électrique corrige les principaux défauts de la Twingo ?

La petite Renault Twingo 100 % électrique aurait déjà pu apparaître sur nos routes depuis quelques années, et surtout avec un peu moins d'embûches sur son passage. Pour ne pas cannibaliser le marché de la Zoé, Renault a pris son temps pour dévoiler sa Twingo électrique. Pourtant, tout était presque déjà prêt, depuis déjà quelques années, en 2013 pour être plus précis avec le concept-car Twin'Z.

Avant la Twingo électrique, il y a aussi eu la présentation de la Smart EQ, co-développée avec Renault, et qui reprend globalement les bases techniques de la petite Twingo. Puis, peu de temps après sa sortie, la Twingo Electric devra conjuguer avec une autre concurrente en interne, la Dacia Spring, autrement plus intéressante financièrement parlant et qui aura également d'autres atouts à faire valoir, notamment au niveau de l'habitabilité et de l'autonomie.

Essai Renault Twingo Electric (2020)

Thermique et électrique, même combat

Comme vous l'aurez remarqué sur les photos, la Renault Twingo Electric se différencie difficilement de la version thermique. Seuls quelques détails permettent de la remarquer, à commencer par ces quelques liserés bleus sur la carrosserie ou encore les logos Z.E. disséminés un peu partout. Le moteur n'a pas migré vers l'avant, la Twingo reste donc une propulsion, avec tous les avantages que cela implique, comme ce tout petit diamètre de braquage de 8,6 mètres, idéal pour une citadine.

Essai Renault Twingo Electric (2020)
Essai Renault Twingo Electric (2020)

Les dimensions sont toujours les mêmes avec 3,62 mètres en longueur, 1,65 mètre en largeur et 1,56 mètre en hauteur. Bonne nouvelle, le volume du coffre reste le même par rapport à une Twingo thermique et revendique 240 litres. Cependant, il faudra embarquer les câbles de recharge avec vous si vous comptez, par exemple, recharger à l'extérieur, ce qui prend un peu de place évidemment.

À l'intérieur, la Twingo Electric ne se distingue pas vraiment de son homologue thermique, on retrouve même une clé qu'il faut tourner dans le neiman. Pas vraiment moderne pour une électrique. La qualité des matériaux est correcte pour une citadine, les assemblages sont plus approximatifs sur certaines parties néanmoins mais rien de rédhibitoire. Le système d'info-divertissement est plutôt complet et est compatible avec Android Auto et Apple CarPlay (de série dès la finition "Zen"). L'application "Easy Connect" permet également de repérer les bornes de recharge à proximité.

Essai Renault Twingo Electric (2020)
Essai Renault Twingo Electric (2020)

La Renault Twingo Electric en quelques chiffres

Sous le capot donc, ou sous le plancher du coffre devrait-on dire, nous retrouvons un moteur de 81 chevaux et 180 Nm de couple. Il s'agit d'un bloc dérivé de celui de la Zoé, ce qui lui octroie des performances plutôt honorables puisque son poids est plutôt contenu. Effectivement, avec 914 kilos pour les variantes thermiques, la version électrique prend environ 197 kilos (dont 165 kilos de batterie) pour culminer à 1111 kilos, ce qui reste toutefois assez léger pour une voiture électrique aujourd'hui. Renault annonce un 0 à 50 km/h effectué en 4,2 secondes, un 0 à 100 km/h en 12,9 secondes et une vitesse maximale de 135 km/h.

En termes de batterie, contrairement au moteur, elle ne vient pas de la Renault Zoé. Quand cette dernière embarque un pack de 52 kWh, celle de la Twingo Z.E. revendique 22 kWh (dont 21,3 kWh utiles), une batterie fabriquée par Renault dont les cellules proviennent de chez LG. La Twingo fait donc mieux que sa cousine technique, la Smart EQ et ses 17,6 kWh.

Essai Renault Twingo Electric (2020)

Ça se ressent évidemment au niveau de l'autonomie puisque la Renault Twingo Electric revendique 190 kilomètres en usage mixte selon la norme WLTP, et même jusqu'à 270 kilomètres pour un usage exclusivement urbain. La petite Renault fait en revanche moins bien que le trio de chez Volkswagen, à savoir les Škoda Citigo i eV, Volkswagen e-up! 2.0 et Seat Mii electric, trois voitures équipées d'une batterie de 32,3 kWh et qui revendiquent 260 kilomètres d'autonomie sous le cycle WLTP.

Pour recharger la Twingo Electric, vous aurez le droit au même connecteur que la Zoé avec une prise de Type 2. Contrairement à la Zoé, il n'y a pas de connecteur Combo pour la recharge rapide. La puissance de recharge grimpera à 22 kW grâce au courant alternatif triphasé. Pour récupérer environ 80 % de la batterie, il faudra donc environ une heure, soit environ 150 kilomètres. Sur une prise classique domestique il faudra compter 15 heures, sur une prise renforcée 8 heures, et 4 heures sur une Wallbox.

Essai Renault Twingo Electric (2020)
Essai Renault Twingo Electric (2020)

Une Twingo transfigurée sur la route

Sur notre boucle d'essai d'environ 100 kilomètres, composée essentiellement de parcours urbains et de routes secondaires, nous avons relevé une consommation moyenne de 14,6 kWh/100 kilomètres, sans pratiquer d'éco-conduite et sans activer le mode "Éco" qui bride en quelque sorte les performances et qui permet de gagner une quinzaine de kilomètres sur son autonomie totale. Notre consommation moyenne relevée est correcte, sans plus, nous aurions pu imaginer un petit peu moins pour une voiture électrique aussi légère.

Globalement, difficile d'envisager faire de la route avec une autonomie aussi restreinte et une capacité de charge bridée à 22 kW. De ce fait, la Renault Twingo Electric se cantonnera à un usage quotidien oscillant entre ville et campagne, avec la possibilité de recharger à domicile ou au travail et éviter en permanence la chasse aux bornes et les déconvenues qui vont avec, c'est-à-dire stations hors-service, places occupées ou puissance de charge trop faible.

Essai Renault Twingo Electric (2020)

En termes de comportement routier, c'est un peu le jour et la nuit entre la version thermique et cette variante électrique. Si la Twingo avec un moteur à combustion était loin d'être parfaite (prise au vent trop prononcée, coffre souvent trop chaud à cause de l'emplacement du moteur...), la Twingo Electric corrige tous ces défauts et en devient même très sympa à conduire, notamment grâce à son pack batterie qui vient en quelque sorte "asseoir" la voiture sur la route et donner un côté plus rassurant à son conducteur.

Le dynamisme est au rendez-vous avec de belles mises en vitesse jusqu'à 50 km/h, une agilité remarquable et la voiture bénéficie même d'une certaine aisance à haute vitesse sur le réseau secondaire. Finalement, la Twingo Electric perd seulement quelques points face à son homologue thermique au niveau du confort, l'électrique étant un peu plus sèche en compression, mais là encore il n'y a rien de rédhibitoire. La direction, très légère, sera un régal en ville, un peu moins en conduite dynamique où on aimerait une direction plus consistante mais qu'importe, la Twingo est avant tout une voiture faite pour un usage urbain.

Essai Renault Twingo Electric (2020)
Essai Renault Twingo Electric (2020)

À quel prix ?

Avec un généreux bonus de 7000 euros en 2020 (6000 euros en 2021, puis 5000 euros en 2022), la Renault Twingo Electric arrive sur le tard pour protéger les ventes de la sacrosainte Zoé. Pourtant, avec un prix de départ de 21'350 euros (hors bonus de 5764 euros de bonus et non 7000 euros car il est limité à 27 % du prix de la voiture neuve), la Zoé n'avait pas vraiment de quoi s'en faire, d'autant plus qu'à ce prix vous avez accès à la finition "Life" et à ses prestations indigentes (pas de climatisation ni de radio de série).

Ce modèle ne représentera que très peu de ventes de toute manière, les clients grimperont directement sur le niveau de finition "Zen" accessible à environ 18'000 euros une fois le bonus déduit. La dotation de série est plus intéressante avec la climatisation, l'écran tactile, la radio, la banquette 50/50 et le volant réglable en hauteur. La version "Intens", plus huppée, s'affiche à environ 19'500 euros bonus déduit, soit quasiment au même prix qu'une Twingo thermique de 95 chevaux avec la boîte automatique.

La série limitée Vibes, c'est-à-dire le modèle que vous voyez en photo dans notre essai, retient tout l’équipement de la version "Intens" et y ajoute le système audio "Arkamys", la sellerie mixte cuir/tissu, les surtapis et les jantes en alliage de 16 pouces.

Essai Renault Twingo Electric (2020)

Une concurrence féroce en interne

Finalement, on se demanderait presque si une Renault Zoé n'est pas plus intéressante, car même si elle s'affiche sur le papier quasiment 10'000 euros au-dessus, la Zoé bénéficie d'un bonus maximum de 7000 euros et de remises commerciales plus importantes, ce qui réduit considérablement l'écart avec la Twingo.

Quant au financement, la Zoé vient même jouer des coudes avec sa consœur puisqu'une Twingo Electric en finition "Zen" est affichée à partir de 317 euros par mois contre 352 euros pour une Zoé R110 "Zen" (LOA sur trois ans avec 30'000 kilomètres). La Zoé bénéficie d'une meilleure valeur résiduelle, ce qui lui permet d'afficher des loyers avantageux. Avec une autonomie deux fois supérieure à la Twingo pour quelques dizaines d'euros de plus par mois, la Twingo va avoir du mal à se démarquer.

Essai Renault Twingo Electric (2020)
Essai Renault Zoé (2019)

Quel bilan en tirer ?

Des qualités, elle en a pas mal cette Renault Twingo Electric, et elle peut sans soucis s'octroyer le titre de reine des villes. Sauf qu'en face d'elle la concurrence en interne est redoutable, avec une Zoé très agressive financièrement parlant et comparable en termes de location, le tout avec des prestations supérieures.

Puis d'ici quelques mois, la Twingo devra conjuguer avec une autre concurrente de taille, la Dacia Spring, affichée beaucoup moins chère après le bonus déduit (autour de 10'000 euros) et avec une meilleure autonomie (220 kilomètres en usage mixte WLTP). N'aurait-elle pas dû arriver plus tôt cette Twingo Electric ? Certainement.

 
Points positifs Points négatifs
Agilité en milieu urbain Manque de polyvalence en raison de l'autonomie
Habitabilité conservée malgré les batteries Concurrence sérieuse en interne
Bonnes prestations dynamiques Direction un poil trop légère

Galerie: Essai Renault Twingo Electric (2020)

Renault Twingo Electric

Motorisation Moteur électrique synchrone à rotor bobiné
Puissance 81 chevaux
Couple maximum 160 Nm
Batterie Lithiuim-ion (21,4 kWh)
Distance en mode électrique 190 kilomètres (WLTP)
Type de charge Adaptatif mono-triphasé AC (jusqu’à 22 kW)
Temps de charge De 1h30 à 15h
Transmission Boîte de vitesses avec réducteur à un seul rapport
Type de transmission Propulsion
0-100 km/h 12,9 secondes
Vitesse maximum 135 km/h
Longueur 3,62 mètres
Largeur 1,65 mètre
Hauteur 1,56 mètre
Poids 1111 kg (à vide)
Volume de coffre 240 à 980 litres
Places 4
Economie de carburant 16,0 kWh/100 kilomètres (WLTP)
En vente 2020
Prix de base 21'350 €
Prix de la version testée 26'450 €