Familial. Avec de l'autonomie. Abordable. C'est ce qu'on attendait de l'électrique non ?

Vous connaissiez le Kia Niro ? Voici désormais le e-Niro ! La gamme du SUV urbain de la firme coréenne puisqu’après la version hybride apparue en 2016, puis l’hybride rechargeable en 2017, c’est la version électrique qui s’apprête à débarquer sur nos routes. Tout juste avec quelques mois de retard sur son cousin, le Hyundai Kona Electric. Si esthétiquement quelques éléments le démarquent de fait de sa fratrie mi-thermique mi-électrique, cette version zéro émission a surtout un argument de poids à faire valoir : une autonomie annoncée à 450 km. C’est sur les routes de la région de Nice que nous avons pu prendre le volant de ce nouvel acteur sur le segment de plus en plus prisé des crossovers électriques !

Essai Kia e-Niro 150 kW

Le jeu des 7 erreurs

Si entre un Niro "classique" et la version PHEV les différences esthétiques se limitent à la présence d’une trappe pour recharger la voiture en électricité, en revanche le e-Niro cherche à faire valoir sa singularité dans la gamme. Et se rapproche de ce fait du seul autre véhicule électrique de la gamme Kia chez nous en Europe, le Soul EV, seul Soul encore au catalogue… en attendant la nouvelle génération.

Parmi les signes distinctifs, on retrouve cette manière de boucher la calandre à l’avant, qui n’a évidemment à remplir son rôle de refroidissement, ou encore ces liserés bleu à l’avant et à l’arrière. Le bouclier avant a également été légèrement revu avec une nouvelle signature lumineuse diurne. Et on ne peut même pas dire qu’il n’y a plus de sortie d’échappement à l’arrière puisqu’elle n’était déjà pas visible sur les Niro et Niro PHEV. Une chose est sûre, c’est qu’il n’y en a plus du tout sur ce e-Niro.

Essai Kia e-Niro 150 kW

L'électrique familial

À l’intérieur, pas de quoi être dépaysé dans ce Niro électrique par rapport aux Niro hybrides. On retrouve la même instrumentation, la même planche de bord avec son écran tactile de 7 ou 8 pouces, selon la finition, les mêmes boutons… Sauf que le levier de boîte de vitesses automatique ayant disparu, la console centrale a quand même été repensée. Notamment avec de nouvelles commandes, pour la conduite comme celles permettant de sélectionner le mode, ou pour le confort avec les sièges chauffants et ventilés (sur notre finition e-Premium).

Essai Kia e-Niro 150 kW
Essai Kia e-Niro 150 kW
Essai Kia e-Niro 150 kW

Côté dimensions, le e-Niro est quasi identique des Niro avec 4,35 mètres de long, 1,80 m de large et 1,54 m de haut. Pour se faire une idée, on est ici très proche des BMX X2 et autres Toyota C-HR. En revanche côté coffre ça évolue, les batteries étant désormais dans le plancher et non pas dans le coffre. On passe donc de 421 à 451 litres de chargement, et jusqu’à 1405 litres quand les sièges arrière, fractionnables 60/40, sont rabattus. C’est bien au-delà du cousin coréen de Hyundai, le Kona Electric proposant de 322 à 1114 litres, ce dernier étant quand même bien plus court aussi.

Essai Kia e-Niro 150 kW
Essai Kia e-Niro 150 kW

Autonomie référence

Le nouveau Kia e-Niro est proposé en deux versions différentes, plus ou moins puissante. La première, avec sa batterie de 39,2 kWh, développe une puissance de 136 ch et une autonomie en cycle mixte WLTP de 312 km/h. La seconde, avec une batterie de 64 kWh et une puissance de 204 ch, annonce elle une autonomie de 485 km. C’est du moins ce qui était annoncé au départ car depuis, le cycle WLTP a fait descendre le chiffre à 455 km. Et Kia d’annoncer même jusqu’à 615 km en cycle urbain ! Kia de préciser que sur les premières commandes du e-Niro en France, 80% se font sur cette version "longue autonomie".

Essai Kia e-Niro 150 kW

Dans les faits, c'est toujours un peu difficile de tester réellement l'autonomie de la voiture, surtout sur des routes souvent escarpées de l'arrière pays niçois, et du massif de l'Esterel. En revanche, côté conduite, pas grand chose de négatif à relever. Très bien insonorisé, le e-Niro ne fait pas trop entendre ses bruits de roulement. Dans les modes Eco et Eco +, il se montre très doux, faisant presque oublier les mérites de l'accélération des véhicules électriques. Une manière aussi de préserver la batterie et l'autonomie. Le mode Confort est le plus classique, taillé pour la conduite au quotidien.

Essai Kia e-Niro 150 kW
Essai Kia e-Niro 150 kW

Quant au mode Sport, il n'usurpe pas tant que ça son nom tant le e-Niro devient dynamique. Étonnant pour un véhicule familial comme ça ! Ne comptez pas sur un miracle, l'autonomie fond comme neige au soleil avec ce mode. En revanche l'accélération procure de belles sensations, en appuyant d'un coup sur l'accélérateur, on ressent un vrai "coup de pied au fesses". Et comme le centre de gravité est bas, avec les batteries logées dans le sol, le véhicule vire plutôt bien à plat. Petits bémols qui nous rappellent que ce n'est pas sa vocation non plus : on note quelques petites pertes de motricité sur revêtement mouillé, la transmission ne se faisant que sur les roues avant, et le maintien un peu léger des fauteuils.

L'expérience de conduite du e-Niro se complète par un système de freinage récupératif qui, avec quatre niveaux de récupération différents, permet de recharger la batterie plus ou moins rapidement. Soit la voiture gère elle-même automatiquement cette force en se basant sur des données de GPS par exemple. Soit il est possible de varier la force manuellement via les palettes au volant. À droite pour une récupération moins forte, conseillée par exemple sur autoroute. À gauche pour récupérer plus fortement de l'énergie, idéal en ville. Voire même s'arrêter sans avoir à toucher à la pédale de frein, en restant tirer sur la palette. L'intérêt par rapport à une pédale de frein ? Pas sûr de pouvoir vous le dire. Mais ça a le mérite d'exister.

Essai Kia e-Niro 150 kW

Conclusion

Le Kia e-Niro avance des arguments de poids sur un marché des voitures électriques qui s'étoffe au fur et à mesure, mais qui tâtonne encore. Il y a de la place pour la famille. Une famille qu'il peut emmener en voyage. Et sans se ruiner puisque le e-Niro débute à 38'500 €. Alors pour se prix là, vous avez la "petite" autonomie. Le e-Niro 150 kW débute lui à 42'500 €. Ce n'est évidemment pas accessible à toutes les bourses, mais il faut encore retirer les 6000 € de primes pour les véhicules électriques. Et comme à son habitude, le constructeur coréen ne lésine pas côté équipement, dès le premier niveau de finition avec régulateur adaptatif et autre système d'infodivertissement avec écran de 7 pouces et navigation. Notre modèle d'essai e-Premium avec toit ouvrant et système sono JBL grimpe à 46'500 €.

Photos : Kia

Points positifs Points négatifs
Autonomie de plus de 400km Bornes de recharge rapide Kia en développement
Prix attractif pour de l'électrique longue autonomie Quelques détails de finition
Moteur performant Technologies de conduite parfois intrusives

 

Fiche technique Kia e-Niro 150 kW e-Premium

Motorisation Moteur électrique synchrone à aimant permanent
Puissance 150 kW / 204 ch (3,800 – 8000 tr/min) - 395 Nm (0 – 3,600 tr/min)
Batterie Lithium-ion polymer / 64 kWh
Distance en mode électrique 455 km en cycle WLTP
Economie de carburant 15,9 kWh/100 km en cycle WLTP
Temps de charge Borne 7,4 kW : 9h35 de 0 à 100 % / Borne 100 kW DC : 54 min de 0 à 80 %
0-100 km/h 7,8 secondes
Vitesse maximum 167 km/h
Longueur 4,375 mètres
Largeur 1,805 mètre
Hauteur 1,560 mètre
Poids 1791 kilos
Volume de coffre De 451 à 1405 litres
Places 5 places
Angle ventral 16,6°
Garde au sol 155 mm
Prix de base 46'500 € (version 150 kW)

Galerie: Essai Kia e-Niro 150 kW