Lorsque le PDG de Tesla, Elon Musk, a envoyé une note interne concernant le licenciement de "plus de 10 %" de ses employés, il ne plaisantait pas. "Il n'y a rien que je déteste plus que cela, mais il faut le faire. Cela nous permettra de nous alléger, d'innover et d'être prêts pour le prochain cycle de croissance", a écrit Elon Musk dans son courriel.

Peu après que l'entreprise a annoncé le licenciement de quelque 20 000 employés dans le monde, un gel des embauches est entré en vigueur. La page "carrières" de Tesla, qui affiche normalement des milliers de postes à pourvoir, est restée quasiment vierge, avec seulement trois inscriptions à des programmes de formation.

Se recharger à fond

Le prochain chapitre de Tesla.

Les ambitions du PDG Elon Musk pour Tesla vont bien au-delà de la fabrication des meilleures voitures électriques du monde. Il veut résoudre le problème de l'autonomie et être le pionnier de l'intelligence artificielle et des robotaxis. Après avoir licencié quelque 20 000 personnes dans le monde pour réduire les coûts et se restructurer, Tesla embauche à nouveau.

Alors que l'entreprise basée à Austin se prépare à un avenir fait de robotaxis et d'intelligence artificielle parallèlement à ses activités dans le domaine des véhicules de tourisme, des centaines d'emplois sont à nouveau ouverts. Les conseillers et les techniciens de maintenance constituent la majorité des postes ouverts sur la page des carrières de Tesla.

La marque recrute également des opérateurs chimiques pour sa propre raffinerie de lithium située dans la région de Corpus Christi au Texas. Un examen plus approfondi de certains emplois dans le secteur des batteries révèle que Tesla poursuit le développement des cellules. Plusieurs postes de recherche et développement sont ouverts dans les domaines de l'"ingénierie des matériaux cellulaires", des "tests et ingénierie d'abus" et des "tests d'abus à haute tension", entre autres fonctions similaires.

 

Des dizaines de postes bien rémunérés sont également à pourvoir chez Tesla Bot, la division du constructeur automobile spécialisée dans l'intelligence artificielle et la robotique, chargée de perfectionner le logiciel de conduite autonome (Full-Self Driving - FSD) et d'améliorer les capacités de ses robots humanoïdes. Des postes sont également à pourvoir dans les domaines de la fabrication, du service juridique, des opérations, des logiciels, etc.

Toutefois, au moment de la publication, aucun poste n'était à pourvoir au sein des divisions chargées de la recharge. La majorité des 500 personnes de l'équipe Supercharger, qui a contribué à la construction de l'épine dorsale de Tesla, a également été licenciée en avril et en mai. Certains de ces employés ont depuis été réembauchés.

Si l'entreprise veut résoudre le problème de l'autonomie et déclencher la prochaine vague de croissance, qui est en déclin depuis le début de l'année, elle a besoin d'un grand nombre de ces personnes talentueuses à ses côtés.