Avez-vous déjà vu une éolienne sans pales ? Probablement pas. C'est pourtant une start-up américaine, née dans le Michigan en 2021, qui fait parler d'elle avec cette solution très particulière : elle s'appelle Aeromine Technologies et vient de remporter un tour de table de 9 millions de dollars (près de 8,3 millions d'euros) pour augmenter la production de sa créature.

Baptisée "Aeromine", l'invention presque éponyme peut être installée à l'extrémité des toits plats de bâtiments tels que des immeubles d'habitation, des entrepôts, des usines, des bureaux, des hôpitaux, des centres commerciaux, etc. Avec 400 projets dans les tiroirs, l'entreprise prévoit de vendre ses éoliennes spéciales d'ici 2025 en Amérique du Nord et en Europe. Voyons comment elles fonctionnent.

Les secrets de l'éolienne "Aeromine"

Installées dans la direction du vent principal, les éoliennes sans pales captent et convertissent les courants d'air, amplifiés par leurs propres unités aérodynamiques et par le bâtiment lui-même, pour produire de l'électricité sur place grâce à un rotor et à un stator à aimant permanent de 5 kW à haut rendement. L'image ci-dessous permet de mieux comprendre le mécanisme.

Aeromine, l'éolienne sans pale

La flèche jaune indique un flux d'air qui a un impact sur le bâtiment et qui est amplifié avant d'être capté par Aeromine.

Les spécifications

Les turbines Aeromine ont une puissance de 50 kWpèsent 450 kg et peuvent résister à des vents allant jusqu'à 75 km/h, voire près de 100 km/h, selon les spécifications individuelles. Elles peuvent être placées en série de 20 à 40 unités et être associées à un système photovoltaïqueLe rendez-vous est donc fixé à 2025 pour les voir peut-être aussi trôner dans nos villes.