Pour acheter une voiture électrique de Nissan, vous n'aurez pas besoin d'un euro de plus qu'une voiture endothermique. C'est ce que promet l'entreprise japonaise elle-même en lançant "The Arc", son nouveau plan visant à améliorer les ventes et le chiffre d'affaires, qui stipule que la parité de prix entre les véhicules zéro émission et les véhicules à essence sera atteinte en 2030.

Mais ce n'est pas tout. L'électrification est en effet au cœur de la stratégie du constructeur japonais. Des modèles en préparation aux batteries, voici ce que Nissan compte faire pour la voiture électrique dans un avenir proche.

Objectif : baisser les prix

Tout d'abord, le constructeur lancera 30 modèles d'ici trois ans, dont 16 seront électrifiés (sans préciser les motorisations) et six à destination de l'Europe. En ce qui concerne les véhicules électrifiés, leur part de marché devrait atteindre 40 % d'ici 2026 et 60 % d'ici la fin de la décennie.

Mais comme nous l'avons dit, c'est surtout l'objectif de baisse des prix des voitures électriques qui est intéressant. Pour cela, le constructeur déclare avoir plusieurs atouts dans sa manche : il s'agit de l'intégration du groupe motopropulseur, de la production modulaire de nouvelle génération, de nouvelles sources d'approvisionnement et de l'innovation en matière de batteries.

"Nissan vise à réduire le coût des véhicules électriques de la prochaine génération de 30 % (par rapport à l'actuel modèle de crossover Ariya) et à atteindre la parité des coûts entre les véhicules électriques et les modèles à moteur à combustion interne d'ici à l'exercice 2030."

"Dans le seul domaine du développement de la famille, le coût des véhicules successeurs, ceux développés sur la base du véhicule familial principal, peut être réduit de 50 %, la variation des pièces d'habillage de 70 % et le temps de développement de quatre mois. L'adoption de la production modulaire permettra de raccourcir la chaîne de production des véhicules, ce qui réduira le temps de production par véhicule de 20 %."

Batteries, également LFP et solides

En ce qui concerne les batteries, l'entreprise promet des améliorations dans la chimie lithium-ion nickel-manganèse-cobalt (NMC), la chimie lithium-fer-phosphate (LFP) et la chimie à l'état solide.

"Nissan améliorera considérablement les batteries lithium-ion NCM, en réduisant les temps de charge rapide de 50 % et en augmentant la densité énergétique de 50 % par rapport à l'Ariya. Des batteries LFP, développées et fabriquées au Japon, seront lancées, réduisant les coûts de 30 % par rapport au mini-véhicule Sakura EV. De nouveaux véhicules électriques dotés de batteries lithium-ion, LFP et NCM à l'état solide améliorées seront lancés au cours de l'année fiscale 2028."