Bien qu'à un rythme plus lent qu'il y a quelque temps, les ventes de voitures électriques augmentent dans le monde entier. Une exception majeure est le Japon, où les voitures rechargeables peinent à séduire les consommateurs. 

La faute en revient en partie aux constructeurs automobiles eux-mêmes, qui dominent le marché local, tels que Toyota et Nissan, qui se sont principalement concentrés sur l'offre de modèles entièrement hybrides au fil des ans. Toutefois, les choses sont appelées à changer assez rapidement.

La situation

Un ralentissement de l'engouement pour l'électrique avait été prédit par les constructeurs japonais. Pragmatique, Stephen Ma, directeur financier de Nissan, avait déclaré par le passé que "l'électrification ne serait pas un chemin en ligne droite, mais plutôt une montée et une descente continues, bien qu'en croissance à long terme".

Yoichi Miyazaki, directeur financier de Toyota, a déclaré que les hybrides complets ne nécessitant pas d'infrastructure de recharge, sont actuellement acceptés par les consommateurs comme une "solution réaliste".

Toyota bZ4x 

Toyota bZ4x, premier véhicule 100% électrique de la marque japonaise

Enfin, Eiji Fujimura, directeur exécutif de Honda, a déclaré ce mois-ci que l'entreprise savait qu'un ralentissement des véhicules électriques pourrait se produire. Toutefois, il a déclaré que "l'électrification doit aller de l'avant" pour atteindre la neutralité carbone et que l'entreprise poursuivrait sa stratégie en matière de voitures électriques.

Des bénéfices records

La situation particulière actuelle s'est traduite par des bénéfices records pour la plupart des marques japonaises, qui ont vu les immatriculations de voitures entièrement hybrides décoller. Cette situation, associée à l'affaiblissement du yen, a permis aux constructeurs d'accroître leurs bénéfices et, par conséquent, d'alimenter davantage les fonds destinés à l'électrification.

Concept Hyper Force de Nissan

Nissan Hyper Force, le concept qui anticipe une possible GT-R électrique

Sans compter que de nombreuses marques mènent d'importantes études sur les batteries de nouvelle génération. C'est le cas de Toyota, dont les accumulateurs à l'état solide, qui arriveront dans les prochaines années, pourraient être l'atout pour améliorer la densité énergétique et l'efficacité globale du modèle. C'est aussi le cas de Nissan, qui vise de nouvelles batteries LFP 30 % moins chères pour rendre ses véhicules électriques plus attrayants, d'abord sur les marchés émergents, puis dans le reste du monde.

Il convient également de mentionner Mazda, qui a récemment conclu un partenariat stratégique avec Panasonic pour la fourniture de batteries. Celles-ci seront utilisées sur les prochaines voitures électriques de la marque, qui seront mises sur le marché pour pousser le constructeur à réaliser 40 % de ses ventes en 2030 avec des véhicules à zéro émission. En bref, le Japon est prêt à jouer un rôle de premier plan dans l'avenir des voitures électriques.