L'Australie veut accélérer sur la réduction des émissions des voitures. Ces derniers jours, le gouvernement de Canberra a annoncé un "modèle privilégié" pour la définition des normes de CO2 des nouveaux véhicules.

En pratique, le pays s'apprête à introduire son propre système d'évaluation de la consommation de carburant et des émissions pour "aider les ménages et les consommateurs à choisir les voitures les plus efficaces", selon le ministre de l'énergie Chris Bowen.

Un choix plus éclairé

Selon les estimations du gouvernement australien, la nouvelle norme qui entrera en vigueur le 1er janvier 2025 permettra aux automobilistes d'économiser 100 milliards de dollars australiens (58 milliards d'euros) en frais de carburant jusqu'en 2050.

Un choix plus judicieux de sa voiture - qu'elle soit à essence, diesel, hybride ou 100% électrique - pourrait donc avoir des conséquences vraiment importantes sur la réduction de la consommation de carburant et des émissions. Indirectement, en effet, la mesure bénéficie aux modèles à batterie, en sensibilisant les consommateurs à l'impact environnemental de leurs choix.

Guerre aux émissions

La démarche de l'Australie n'est pas si surprenante puisque le gouvernement souhaite réduire les émissions de 43% d'ici 2030. Mais pour l'instant, l'électrique n'a pas séduit les automobilistes de l'île, avec un taux d'immatriculation d'environ 4% seulement, contre près de 15% en Europe en 2023.

Rappelons au passage que le transport est la troisième source d'émissions de l'Australie, qui compte parmi les plus gros pollueurs par habitant de la planète. Grâce à cette initiative, au moins 3 millions de tonnes de CO2 devraient être supprimées d'ici 2030, pour atteindre 10 millions en 2035.

Dans le même temps, il convient de rappeler que le gouvernement en place depuis 2022 se concentre fortement sur les politiques climatiques afin de rendre l'Australie aussi "verte" que possible dans un court laps de temps.