Le nouveau Mini Aceman, qui est essentiellement la version crossover électrique de la dernière génération de la Mini à hayon, est dans la dernière ligne droite de son processus de développement, après avoir effectué tous les tests nécessaires dans des températures extrêmes.

Pour ce qui est du froid extrême, les ingénieurs ont emmené l'Aceman tout électrique jusqu'au cercle polaire arctique afin de mettre à l'épreuve le système de charge, le système de gestion thermique de la batterie et les moteurs électriques. Ensuite, le crossover a été envoyé dans le désert pour procéder aux mêmes tests, mais cette fois à des températures allant jusqu'à 50 degrés Celsius.

Il s'agit d'un élément essentiel du processus de développement d'un nouveau véhicule, afin de s'assurer qu'il peut résister à n'importe quel traitement une fois commercialisé. C'est une pratique courante chez les constructeurs automobiles établis, et Mini ne fait pas exception à la règle.

Galerie: Derniers tests du Mini Aceman (2024) dans des conditions extrêmes

L'Aceman sera le plus petit crossover de Mini, et se placera entre la nouvelle Mini à hayon et le nouveau crossover Countryman (qui est maintenant basé sur la même plateforme que le BMW X1).

Alors qu'il sera dévoilé en avril de cette année en Chine, le Mini Aceman sera disponible en deux versions, toutes deux à traction avant uniquement. L'Aceman E sera propulsé par un moteur électrique de 181 ch, alimenté par une batterie de 40 kWh, ce qui lui confère une autonomie WLTP de 300 km. L'Aceman SE, plus cher, disposera d'une puissance de 215 ch et d'une batterie de 54 kWh qui lui permettra d'atteindre une autonomie de 400 km avec une charge complète.

Le crossover électrique d'entrée de gamme de Mini sera construit en Chine par Spotlight Automotive, une coentreprise entre le groupe BMW, la société mère de Mini, et Great Wall Motor. En 2026, l'usine Mini d'Oxford, au Royaume-Uni, commencera également à produire le hatchback électrique à trois portes et l'Aceman.