L'Afrique du Sud aura aussi sa propre voiture électrique. C'est ce qu'a annoncé le ministre du commerce, Ebrahim Patel, qui a présenté ces derniers jours les plans pour la transition écologique des transports.

Ce thème est l'un des principaux piliers du plan sud-africain appelé "Just Energy Transition (JET)" pour une économie à faible émission de carbone. L'un des principaux aspects de cette stratégie sera axé sur les véhicules à batterie.

Une transition qui passe par les voitures électriques...

Rappelons que l'Afrique du Sud est le plus grand centre de production automobile du continent africain et qu'elle abrite des marques mondiales telles que Toyota, Isuzu, Volkswagen et Mercedes, entre autres.

L'Afrique du Sud est également très intégrée dans la chaîne d'approvisionnement mondiale, puisqu'elle s'approvisionne en composants dans le monde entier et exporte le produit final dans plus de 150 pays.

Le plan JET estime qu'un investissement de 128,1 milliards de rands (6,2 milliards d'euros) sera nécessaire entre 2023 et 2027 pour que le secteur des transports contribue de manière significative aux engagements de l'Afrique du Sud en matière de décarbonisation.

...Mais pas seulement

Les informations sur cette première voiture électrique fabriquée en Afrique du Sud sont rares, à tel point qu'il n'est toujours pas fait mention d'une marque précise. Comme le rapporte Reuters, le premier lot de véhicules électriques sera limité. La croissance devrait ensuite s'accélérer entre 2026 et 2030, un seul constructeur prévoyant de passer à la production de véhicules électriques à batterie après 2030.

Il est vrai que le plan d'électrification décrit dans les 68 pages produites par le ministère fait également allusion à des mesures visant à soutenir la transition, telles que des incitations publiques, une réduction temporaire des droits d'importation pour les batteries de véhicules produites et vendues dans le pays, et la commercialisation de la production d'hydrogène vert en tant que source de carburant durable.

De plus, le plan prévoit de réformer le transport ferroviaire de marchandises et les ports. Des réformes énergétiques seront également mises en œuvre. Il ne reste plus qu'à attendre les premières mesures concrètes.