L'intelligence artificielle est aujourd'hui sur toutes les lèvres. Elle a un potentiel quasi infini et est déjà appliquée dans de nombreux domaines : plus qu'on ne le pense. Elon Musk, toujours à l'affût des nouvelles technologies, ne pouvait pas laisser passer l'occasion de s'essayer dans ce domaine, et il a donc créé sa nouvelle entreprise, xAI.

Aujourd'hui, Elon Musk veut à nouveau convaincre le conseil d'administration de Tesla d'investir dans sa start-up. Il discute actuellement avec les dirigeants de l'entreprise qu'il dirige, de la pertinence de cette démarche pour mener le constructeur de voitures électriques vers l'avenir.

Une collaboration fructueuse

Il s'avère que Tesla utilise déjà l'intelligence artificielle pour développer sa conduite autonome et dans de nombreux autres domaines (des processus de recharge à la gestion de l'énergie dans les voitures). Elon Musk a déclaré il y a peu que "Tesla dispose de la meilleure équipe d'intelligence artificielle au monde" et que cette équipe jouera également un rôle crucial dans la réalisation d'avancées technologiques fondamentales dans la mobilité du futur.

Puis, au début du mois, Elon Musk est allé plus loin en déclarant que le logiciel développé par sa société xAI, appelé Grok Ai, serait intégré dans les voitures Tesla. Après tout, c'est pour cela que xAI a été créée, afin de soutenir toutes les entreprises dirigées par Elon Musk avec son expertise dans le domaine de l'intelligence artificielle: Tesla, comme SpaceX, Neuralink, The Boring Company et, bien sûr, aussi X.

 

Les interactions entre entreprises et les collaborations entre départements techniques ont déjà lieu dans d'autres domaines. xAI elle-même profitera très probablement du supercalculateur Dojo conçu par les ingénieurs de Tesla pour accélérer le développement de ses technologies.

Nécessité de battre la concurrence

Mais revenons aux faits concrets. Pourquoi Tesla devrait-elle investir dans la xAI ? Principalement parce qu'avec une injection de liquidités, la start-up américaine pourrait arriver avant les autres (et ils sont désormais nombreux, des grands de la Silicon Valley à une armée de nouveaux venus plus ou moins structurés) et se faire une place au soleil parmi des noms comme IBM, Google, Microsoft, Amazon, Nvidia et consorts.

La X Corporation (anciennement Twitter) possède déjà 25 % de xAI et Tesla pourrait bientôt faire de même, également poussé par la volonté de ses actionnaires, convaincus que l'opération peut générer de la valeur. D'autres, en revanche, voient dans cette opération quelque chose de similaire à ce qui s'est passé en 2016 avec Solar City, une entreprise fondée par deux cousins d'Elon Musk sous l'impulsion de Musk lui-même (qui était également président du conseil d'administration) et qui a ensuite été rachetée par Tesla pour 2,6 milliards de dollars (au taux de change d'aujourd'hui, près de 2,4 milliards d'euros), avec d'énormes bénéfices, il va sans dire, à la fois pour les partenaires fondateurs et les très ingénieux cousins.

Les questions sont donc nombreuses. L'investissement de Tesla dans xAI est-il judicieux ou ne servira-t-il qu'à remplir les poches déjà bien remplies d'Elon Musk ? La première hypothèse est la plus probable, la seconde étant une conséquence inévitable. Le conseil d'administration de Tesla en sera le juge.