La Chine est l'un des pays les plus polluants. C'est désormais un fait, confirmé chaque année par les nombreux rapports compilés par les groupes de réflexion internationaux.

Le dernier en date vient du CREA (Centre for Research on Energy and Clean Air), un organisme de recherche finlandais indépendant qui étudie les tendances, les causes et l'impact de la pollution de l'air sur la santé. Le document, intitulé "China's Climate Transition Outlook 2023", explique que le pays atteindra très bientôt son pic d'émissions de CO2.

Très bientôt

Selon l'étude, la Chine atteindra le pic de ses émissions environnementales avant 2030, c'est-à-dire dans les prochaines années. Pour les experts, c'est plutôt positif, mais cela contraste fortement avec les nombreux doutes sur la capacité du pays à limiter l'augmentation de ses émissions avant le pic.

Pour le groupe de réflexion, la détermination de l'année précise du pic reste donc impossible, mais selon la majorité des 89 experts interrogés, il pourrait s'agir d'une année avant 2025, donc bien avant la fin de la décennie.

Fabrication du Polestar 4 en Chine

L'usine de production du Polestar 4 en Chine

Les raisons de cette "anticipation" du calendrier sont expliquées et résident principalement dans le fait que le pays met actuellement l'accent sur les énergies renouvelables, bien qu'il continue d'approuver l'ouverture de nouvelles centrales électriques au charbon, afin de répondre à la demande croissante d'électricité dans la région, principalement pour alimenter les industries.

Certaines des usines de production les plus importantes au monde sont situées sur ce même territoire, y compris en ce qui concerne les voitures et les composants connexes.

L'usine de production de la BMW iX3

Les doutes

Les divers experts interrogés par le CREA ont non seulement expliqué le problème, mais aussi exprimé des doutes importants sur la Chine elle-même et sur sa stratégie controversée de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Le premier d'entre eux est précisément la capacité incertaine à respecter les engagements pris pour 2030 et 2060 (-65% par rapport aux niveaux de 2005 pour la première étape et neutralité carbone pour la seconde) ; le second concerne la valeur maximale attendue au cours de la décennie.

Dans la perspective de la COP28 à Dubaï, prévue du 30 novembre au 12 décembre 2023, comme le mentionne Reuters, il sera très important d'évoquer la volonté réduite de la Chine d'accepter une élimination progressive des combustibles fossiles.