Un étrange incident s'est déroulé au Royaume-Uni le week-end dernier. Brian Morrison, 53 ans, originaire de Glasgow, en Écosse, a affirmé que sa MG ZS électrique l'avait "kidnappé" alors qu'il rentrait chez lui après le travail dans la nuit de dimanche à lundi.

Bloqué à 48 km/h et les freins qui ne répondent pas

Selon la BBC, la MG ZS était bloquée à 48 km/h et Brian Morrison avait des problèmes de mobilité qui l'empêchaient de sauter de la voiture électrique. Il pouvait diriger le véhicule, mais apparemment pas l'arrêter.

Le britannique a entendu des bruits de grincement provenant des plaquettes de frein, et le rapport laisse entendre que ceux-ci ne fonctionnaient pas.

Avant d'appeler la police, le conducteur a appelé sa femme, paniquée, pour lui demander d'alerter les véhicules qui le précédaient. Les gens peuvent avoir des réactions inhabituelles lorsqu'ils paniquent, mais cela semble contraire à la logique et inexplicable. Comment pourrait-elle informer les autres véhicules ?

Après avoir appelé la ligne d'urgence, trois véhicules de police sont arrivés. La police lui a demandé de jeter le porte-clés hors du véhicule et d'appuyer longuement sur le bouton d'alimentation pour éteindre le moteur, mais cela n'a apparemment donné aucun résultat.

La voiture immobilisée grâce au véhicule de la police

La plupart des voitures modernes sont équipées de systèmes d'immobilisation électrique, la police essayait probablement de faire caler le véhicule. Les clés intelligentes fournies avec le véhicule sont programmées dans le système de sécurité de la voiture et ne fonctionnent que dans un certain rayon d'action.

Comme cela n'a pas fonctionné, les policiers ont fait percuter le véhicule électrique à l'arrière de leur camionnette, ce qui a fini par l'immobiliser. L'histoire est encore plus étrange. "Un officier de police a sauté dans ma voiture et a fait quelque chose qui a semblé maintenir la voiture immobile", a déclaré Brian Morrison. Mais que signifie ce "quelque chose" ?

De plus, le rapport contient des informations contradictoires. Juste après avoir indiqué que la police avait réussi à immobiliser la MG ZS, le conducteur a également déclaré que la police ne pouvait pas déplacer sa camionnette, car si elle le faisait, la voiture continuerait à se déplacer.

Un dysfonctionnement ou une erreur du conducteur ?

Trois heures plus tard, un véhicule d'assistance routière est arrivé sur les lieux et a effectué un contrôle de diagnostic. Il a trouvé "des pages de défauts". MG Motor UK a déclaré à la BBC que le véhicule serait entièrement inspecté par son équipe d'ingénieurs et qu'elle essaierait de "résoudre les problèmes rapidement et complètement".

"En cas de défaillance normale des freins, le freinage d'urgence à l'aide du frein de stationnement électronique (EPB) peut être déclenché en tirant et en maintenant le commutateur EPB vers le haut", indique le manuel d'utilisation de la MG ZS EV pour le Royaume-Uni. On ne sait pas si le conducteur connaissait l'existence même de cette fonction.

Si l'EPB ne s'active pas, le véhicule activera la fonction de stationnement de la transmission électrique, selon le manuel. S'il est possible que l'électronique du véhicule ait mal fonctionné ou que les freins aient lâché, on ne peut pas non plus exclure une erreur de l'utilisateur. En mars 2023, une enquête a révélé qu'un conducteur de Tesla en Chine avait provoqué un accident en appuyant sur la mauvaise pédale.

Une affaire pour le moment inexpliquée 

Les détails étant flous, il faudra attendre les résultats de l'enquête pour savoir ce qui s'est exactement passé. Mais jusqu'à présent, peu d'éléments permettent de conclure que le véhicule électrique a subi un "dysfonctionnement catastrophique", comme le prétend le conducteur.

L'affirmation alarmiste d'un "enlèvement" semble également exagérée à ce stade, car l'officier de police qui a sauté dans le véhicule l'a immédiatement maîtrisé. Selon vous, qu'est-ce qui a bien pu se passer dans cette affaire ?