"Moteur à combustion ? Plus jamais, merci". C'est probablement la phrase que prononceraient presque tous les Italiens qui sont passés à la voiture électrique. Neuf conducteurs sur dix sont convaincus du choix qu'ils ont fait et sur lequel ils ne reviendront plus jamais.

Une enquête menée par Areté, une société spécialisée dans le conseil stratégique, qui a interrogé plus de 450 propriétaires de voitures entièrement électriques pour connaître les préférences des conducteurs alimentés par batterie, dresse un tableau de la nouvelle mobilité en Italie. Quels sont les résultats ?

Heureux et satisfaits

Réalisée en septembre et intitulée "Que pensent les utilisateurs des voitures électriques ?", l'étude révèle que 96 % des utilisateurs de VE sont satisfaits de la technologie qu'ils ont adoptée, 87 % d'entre eux se déclarant également satisfaits de l'expérience de recharge (bornes de recharge, abonnements, modes de paiement).

"L'étude permet de dresser le profil de l'utilisateur moyen d'une voiture électrique : 58 % de l'échantillon interrogé (réparti dans tout le pays) conduisent une de ces voitures depuis plus d'un an, vivent dans la majorité des cas en ville (89 % des cas) et rechargent leur voiture de préférence à la maison (57 %). Seuls 38 % d'entre eux utilisent en permanence des bornes de recharge situées dans des espaces publics, et les 5 % restants utilisent l'infrastructure située dans les parkings de leur lieu de travail." - Communiqué d'Areté

Foto - Com'è fatta e come funziona una colonnina di ricarica

Fiat 500e en train de se recharger à une borne

Les coûts récompensés

Mais qu'est-ce qui pousse les automobilistes à choisir l'électrique ? La principale raison (40 %) est le souci de l'environnement, suivi des faibles coûts d'entretien (25 %). Par ailleurs, en ce qui concerne le paiement, près de la moitié de l'échantillon a déclaré avoir acheté la voiture en une seule fois, contre 29 % pour la moyenne générale, ce chiffre atteignant 60 % pour les Tesla.

"Les données de notre nouvelle enquête révèlent, d'une part, la pleine satisfaction des acheteurs de voitures électriques à l'égard de cette technologie, car ceux qui l'essaient ne reviennent pas en arrière. D'autre part, les données montrent les limites inhérentes à l'offre actuelle de modèles électriques, qui restent principalement au nombre de deux : Tout d'abord les coûts, encore trop élevés, réduisent en effet la cible des acheteurs à des segments circonscrits de la population en mesure d'acheter une voiture sans financement. En second l'autonomie limitée en termes de kilomètres, qui ne leur permet pas de s'affranchir totalement des angoisses liées aux kilométrages. Tant que ces deux limites persistent, ce segment de marché est voué à rester une simple niche dans l'industrie automobile nationale" - Massimo Ghenzer, président d'Areté.