Le futur projet de loi sera présenté au cours de cette année, et aura pour but d'"accélérer les processus d'autorisation des nouveaux sites industriels."

Se basant sur l'exemple d'autres pays, le ministre entend ainsi permettre aux différents projets d'industrialisation "verte" d'aboutir plus rapidement, afin que le pays se pose en leader européen dans les domaines de "l'hydrogène vert, l'électrolyse, la production de batteries pour véhicules électriques, l'énergie nucléaire et les énergies renouvelables."

"Il n’y a aucune raison qu’en France nous mettions deux ans à développer un site industriel, parfois trois, là où d’autres grandes nations arrivent à le faire en quelques mois", continue Bruno Le Maire.

Ce dernier entend également installer un environnement fiscal "plus attractif" pour l'industrie verte.

"Avec le président de la République, avec la Première ministre, nous engagerons donc la France dans une réindustrialisation verte rapide, massive, planifiée. Avec un objectif : que la France devienne la première nation de l’industrie verte en Europe".

Derrière ces mesures encore à détailler se profile un plan de riposte aux Etats-Unis et à l'Inflation Reduction Act (IRA), qui inclut des mesures incitatives à la production et à l'achat de véhicules électriques à la condition que ces derniers soient fabriqués sur le sol américain.