Dans les royaumes pétroliers du Moyen-Orient, on commence à investir dans la voiture électrique, afin de diversifier progressivement l'économie et de la rendre moins dépendante des combustibles fossiles.

La dernière initiative en date vient des Émirats arabes unis (EAU). La zone industrielle Khalifa d'Abu Dhabi (KIZAD), qui fait partie des villes économiques du groupe AD Ports (& Free Zones), a annoncé la construction de sa première usine dédiée aux voitures à batterie. Elle sera prête d'ici la fin de l'année.

Jusqu'à 50 000 VE par an

D'une superficie de 25 000 mètres carrés, l'installation sera consacrée à la production, à la recherche, au développement et aux essais de véhicules électriques. Dans un premier temps, elle travaillera sur 5 000 à 10 000 voitures semi-assemblées par an, puis sur 50 000 dans une deuxième phase. Pour l'instant, le secret le plus total a été maintenu sur la marque qui fera appel à cette usine "tierce".

La gestion de l'usine sera confiée à l'entreprise NWTN, partenaire de KIZAD, spécialisée dans les véhicules de tourisme dotés d'intelligence artificielle (IA) et de composants personnalisables.

"L'annonce, ajoute KIZAD, fait suite aux récentes mises à jour réglementaires du département de l'énergie d'Abu Dhabi (DoE), qui vise à accélérer le développement de l'infrastructure des véhicules électriques dans le cadre de la stratégie locale de mobilité à faibles émissions.

En outre, la nouvelle unité de production est en parfaite adéquation avec le programme "Net-Zero by 2050" des Émirats arabes unis, car elle renforcera l'expertise du secteur et augmentera la disponibilité des véhicules durables."

Lucid Air Gran Turismo 2022

Ensuite, il y a Lucid

Une étape importante, qui promet d'ouvrir la porte à une nouvelle ère au Moyen-Orient. Comme nous l'avons mentionné, Lucid travaille également à l'introduction de la voiture à batterie dans la région, plus précisément en Arabie Saoudite. Son usine sera construite dans la ville économique du roi Abdallah et sera opérationnelle à partir de 2026.

Pour produire ces voitures de luxe, le Fonds d'investissement public (FIP) finance l'entreprise basée à Newark à hauteur de plus de 3 milliards d'euros, répartis sur 15 ans. Le Royaume s'est également engagé à acheter 100 000 voitures pour sa flotte publique. Cela commencera en 2023.