L'an passé, Audi avait effectué des débuts remarqué sur le rallye Dakar en alignant trois prototypes "électriques" qui avaient fait grand bruit.

Plutôt que des engins 100% électriques, dont l'usage demeurait délicat en termes d'autonomie sur les longues spéciales de rallye-raid, la marque aux anneaux avait lancé quatre véhicules hybrides, avec trois moteurs (deux à chaque essieu, un central faisant office de générateur) développant 500 kW / 670 chevaux, et alimentés par une batterie électrique de 50 kWh.

Audi RS Q E-Tron E2
Audi RS Q E-Tron E2

Une batterie rechargée par la récupération d'énergie au freinage, mais aussi par la chaleur dégagée par le moteur... thermique 4 cylindres 2.0 TFSI utilisé en compétition, et présent ici pour alimenter la batterie, et non pour suppléer les moteurs électriques.

En dépit de quelques soucis de jeunesse, les Audi avaient montré un beau potentiel, mais il convenait de revoir la copie pour afficher de plus hautes ambitions sur l'édition 2023 du Dakar en janvier prochain, toujours disputé dans le désert saoudien.

Le poids ayant affecté particulièrement les débuts du RS Q e-tron lors du dernier Dakar, la version RS Q e-tron "E2" a été grandement allégée, notamment par l'introduction d'une toute nouvelle carrosserie.

La traînée a également été travaillée, et abaissée de 15% par rapport à sa devancière.

Le système de transmission a lui aussi été optimisé, tout comme la pompe de servocommande ou la pompe de refroidissement de l'air conditionné, notamment.

Tout comme l'an passé, Audi s'appuiera sur un trio de pilotes expérimentés pour aller chercher la victoire en janvier prochain, avec le Français Stéphane Peterhansel, l'Espagnol Carlos Sainz Sr et le Suédois Mattias Ekström.

Galerie: Audi RS Q E-Tron E2