La transition énergétique des véhicules à essence aux véhicules électriques ne concerne pas que les citoyens. Les forces de l'ordre doivent aussi et progressivement renouveler leur parc automobile pour s'équiper de voitures "propres".

Au Royaume-Uni, la police du comté du Gloucestershire (sud-ouest de l'Angleterre) dispose de la plus grande flotte de voitures électriques en pourcentage. En effet, 21 % de ses 435 véhicules sont entièrement électriques.

Il semblerait que le commissaire Chris Nelson se soit pas très fier de ses voitures à piles. Les forces de l'ordre ont rencontré plusieurs soucis avec les voitures vertes qui ont perturbé le déroulé de leurs missions. 

Le commissaire a expliqué que les forces de l'ordre se retrouvaient à court d'électricité lorsqu'ils devaient se rendre dans des zones rurales. Lorsque les policiers voulaient se brancher pour retrouver un peu d'autonomie, ils ne trouvaient pas de borne de recharge près de leur lieu d'intervention. Les policiers étaient donc obligés d'échanger leur voiture électrique par une thermique qui allait leur permettre de rouler plusieurs jours sans se soucier de l'autonomie. 

"Par exemple, si un agent se trouve dans une zone rurale sur un accident de la route et que ses feux sont allumés, que sa radio est allumée, que son chauffage est allumé, je ne voudrais pas qu'il soit à court d'énergie pour tous ces équipements, simplement parce qu'il ou elle est dans une voiture électrique".

Volkswagen, Police, Paris

Ces mésaventures ont conduit le commissaire à se montrer prudent vis-à-vis des voitures électriques et à ne pas retirer complètement les voitures à combustion interne. Chris Nelson soutient cette transition énergétique, mais il garde en tête que sa priorité est de lutter contre la criminalité. Une voiture qui n'est pas capable de mener à bien toutes les missions quotidiennes auxquelles sont confrontées les forces de l'ordre n'a donc pas sa place. 

"Donc, bien que le monde s'engage dans cette voie et que je comprenne et soutienne pleinement les contrôles climatiques et les espaces verts, c'est certainement une chose importante, mais ma première priorité est de lutter contre la criminalité. Et donc, je dois prendre en compte l'effet opérationnel".

En France, la police nationale a reçu 627 Renault Zoé en 2020. Dans un rapport, le sénateur Philippe Dominati précise que "L’autonomie des véhicules électriques ne permet pas, à l’heure actuelle, de remplacer les véhicules thermiques au cours des missions opérationnelles". il poursuit en indiquant que les voitures vertes représentent des "surcoûts importants à l’acquisition comparé à un véhicule thermique : entre 6500 et 11 700€ par exemplaire"

Le secrétaire général adjoint du syndicat SGP Police, Jérôme Moisant, a indiqué que les Zoé  "roulent assez peu car seuls les services d’enquête peuvent les utiliser", et d'ajouter que "Les équipes d’intervention font tourner les voitures 24 heures sur 24, si on les équipe en électriques, cela signifie qu’il faudra doubler la flotte".

Galerie: Voitures électriques de la police du Gloucestershire