Ferrari vient d'installer une pile à combustible à oxyde solide de 1 MW dans son usine de Maranello.

La centrale, construite par Bloom Energy, une société basée à San Jose, en Californie, fournit au fabricant italien 5 % de toute l'énergie dont il a besoin pour maintenir ses opérations de production. Ce système est plus économe de 20 %.

Flexible et non polluant

L'avantage de ce nouveau système de piles à combustible à oxyde solide est qu'il est également très flexible. Le système peut fonctionner à l'hydrogène, au gaz naturel, au biométhane ou même à une combinaison de ces trois sources. Sans oublier que, toujours par rapport à un système traditionnel, il réduit les émissions polluantes de 99 %.

"Ferrari se concentre plus que jamais sur l'objectif de devenir neutre en carbone d'ici 2030, grâce à l'adoption de technologies de pointe et d'une approche scientifique qui font partie de notre ADN", a déclaré Benedetto Vigna, PDG de Ferrari. "Nous sommes ravis de collaborer avec Bloom Energy, étant donné leur fort engagement commun en faveur d'un processus de décarbonisation, et fiers que leur premier projet en Europe ait été réalisé avec nous".

L'impianto fuel celle a ossido solido installato dentro la fabbrica Ferrari

Vers la neutralité carbone

Ferrari a donné des détails sur sa stratégie d'électrification la semaine dernière lors du Capital Markets Day. L'entreprise de Maranello a annoncé un engagement sur plusieurs fronts, en travaillant à l'électrification de la gamme et à la réduction des émissions polluantes dans l'ensemble de ses activités.

Elle a notamment déclaré qu'elle atteindrait la neutralité climatique d'ici à la fin de la décennie et qu'elle y parviendrait grâce à des modèles électriques et hybrides, au projet de reforestation "Bosco Ferrari" et à d'autres initiatives thématiques. L'usine de piles à combustible qui vient d'être mise en service fait partie de cette stratégie.

Galerie: L'usine de piles à combustible de Ferrari