Le "très mauvais pressentiment sur l'économie" d'Elon Musk est maintenant suivi d'une très mauvaise nouvelle, pourtant annoncée, pour les employés. Car Tesla a entamé les réductions de personnel annoncées début juin, qui conduiront, selon la rumeur, au licenciement de 10% des quelque 100 000 employés.

En témoignent les différents messages publiés sur LinkedIn par les anciens employés du fabricant. Le journal Business Insider a déjà recensé 11 publications, mais ceux-ci sont appelés à augmenter dans les semaines à venir. Les premières sont apparues il y a plusieurs jours, mais le rythme des apparitions s'accélère maintenant.

Différents postes et départements sont concernés : des chefs de projet aux animateurs CGI, en passant par les formateurs du personnel et les magasiniers. Certains aînés, comme le directeur national de Singapour, Christopher Bousigues, sont également contraints de faire leurs adieux.

 

Adieu également pour James Foreman, chef de l'animation CGI, qui a écrit un long message sur le réseau social, dans lequel il raconte qu'il a travaillé chez Tesla pendant six ans et demi : "Dans tous les cas, je suis extrêmement reconnaissant pour tout ce que j'ai appris au cours de ces années", a-t-il notamment écrit.

 

Les employés avaient été informés des licenciements par un courriel du PDG, dont l'objet était le suivant : "Arrêtez toutes les embauches dans le monde". Musk avait alors tenté d'aménager le sujet, affirmant que l'emploi dans l'entreprise augmenterait de toute façon d'ici un an.

Le sens de la phrase était que ce ne sont et ne seront "que" certains salariés, et non des ouvriers, qui travaillent à l'assemblage des voitures électriques et qui devraient, effectivement, augmenter en nombre. Dans le même temps, le numéro un de la Tesla a également mis un frein au télétravail, qui n'est désormais possible qu'après au moins 40 heures de travail par semaine dans l'entreprise.