Avec la nouvelle #1, Smart a changé la donne : le format de la voiture, le design, l'aménagement technique, mais aussi ce que l'on ne voit pas et qui compte beaucoup dans une voiture électrique : l'écosystème logiciel.

Parmi les innovations annoncées par en marge du dévoilement de la voiture, il en est une, apparemment insignifiante, qui en dit long sur les ambitions de ce projet Daimler-Geely: la décision de ne pas équiper la #1 des systèmes de mirroring les plus répandus dans le monde, comme Apple CarPlay et Android Auto.

Une décision tactique

Cette apparente diminutio, qui sur le papier pourrait faire froncer les sourcils à beaucoup de gens, cache en réalité la conviction d'avoir créé une plateforme si efficace en termes d'expérience utilisateur qu'ils ne ressentiront plus le besoin de connecter leur smartphone "parce qu'il fonctionne mieux de toute façon". Ce qui n'est le cas d'aucune voiture aujourd'hui, à l'exception de Tesla.

D'autre part, le rôle central des logiciels dans les voitures électriques fait prendre conscience aux constructeurs que reprendre le contrôle de ce qui se passe dans la voiture n'est pas une option mais une nécessité stratégique. 

Immagini live smart #1
La nouvelle smart #1 en direct lors de l'inauguration à Berlin

Mais pour se débarrasser du smartphone et de son logiciel, il faut avoir la capacité technique de développer quelque chose qui fonctionne vraiment, en rompant avec la tradition et en osant peut-être un peu. Disons que c'est aussi une question de mentalité, et que les Allemands de Daimler ont eu besoin d'un petit coup de pouce des Chinois pour changer de vitesse.

Full 3D

Si à ce stade vous vous demandez comment fonctionne le système d'infodivertissement de la nouvelle Smart #1, nous ne pouvons pas encore vous donner la réponse car l'écran tactile de près de 13 pouces ne peut pas être touché. "Ce n'est pas la version finale", nous a-t-on dit à Berlin.

Nous avons pu recueillir quelques données techniques supplémentaires sur le nouveau système qui, en Europe, sera connecté à un cloud Microsoft et sera "piloté" par la dernière génération du processeur Qualcomm Snapdragon SA8155P.

Il s'agit d'un processeur particulièrement puissant qui régira, entre autres, une interface graphique riche en infographies 3D, comme vous pouvez le voir sur les photos que nous avons prises à bord.

Smart #1 - Live
Le menu principal
Smart #1 - Live
Le compteur de vitesse numérique de 9,2 pouces
Smart #1 - Live
Le cockpit de la nouvelle Smart

Ce renard, assis sur une chaise longue sous un parasol, est l'un des avatars qui devraient guider l'interface utilisateur de ce téléphone intelligent grâce à une commande vocale dotée de fonctions d'auto-apprentissage. À tester pour voir s'il fonctionne correctement.

Dans tous les cas, l'accès à l'écosystème sera garanti par un identifiant personnel et les conducteurs autorisés pourront accéder à la voiture avec leur smartphone (connecté avec une clé numérique peer-to-peer), la contrôler à distance avec l'application dédiée et personnaliser sa configuration.

Il est intéressant de noter que si le matériel a été développé par la branche chinoise de l'alliance Daimler-Geely, l'interface graphique a été créée par les designers du Centre de style Mercedes-Benz.

Immagini live smart #1
La poignée escamotable à commande électrique de la nouvelle smart

Rééducation des clients

Pour en revenir à l'indisponibilité d'Android Auto et d'Apple CarPlay, il faut ajouter une chose. Les ingénieurs de Smart ont souligné que ces fonctions de mise en miroir peuvent être mises en œuvre à l'avenir en un clin d'œil, car le Smart #1 dispose de mises à jour over-the-air.

Tout dépend de la façon dont les clients perçoivent l'écosystème intelligent. Comme pour dire : avant de décider si vous préférez toujours le téléphone, vous devriez essayer notre logiciel.

La certitude est que nous verrons de plus en plus de ces contraintes visant à rééduquer les clients dans le monde automobile, qui a besoin de reprendre le contrôle de sa propre évolution technologique à un moment comme jamais auparavant. Même au prix d'une déclaration de guerre à des partenaires historiques comme Apple et Google.