Les Français seront appelés aux urnes en avril 2022 pour élire un nouveau président de la République. Pour le parti d'extrême droite, le Rassemblement national (RN), la candidate à l'Élysée reste Marine Le Pen, actuellement deuxième dans les sondages, comme en 2017.

En cas de victoire, le leader du RN poursuivrait un programme qui des plus controversés. En particulier en ce qui concerne les sources d'énergie renouvelables, ouvertement critiquées dans une récente interview à la radio, sont dans sa ligne de mire.

À bas les éoliennes

"L'éolien et le solaire", a déclaré Mme Le Pen au micro de RTL ce 14 octobre 2021, "ne sont pas des énergies renouvelables, elles sont intermittentes". Et de continuer : "Si je suis élue, j'arrêterai la construction de nouveaux parcs éoliens et lancerai un grand chantier pour les démanteler."

external_image

Il faudra également dire adieu aux subventions accordées au secteur, qui, selon la chef du Rassemblement national, pèsent 6 ou 7 milliards d'euros par an sur les caisses de la France. Mais les énergies renouvelables sont-elles vraiment aussi intermittentes que le prétend le leader du RN ?

RTL s'est donc empressé de faire du "fact checking" et d'écrire un article de vérification des faits dans les heures qui ont suivi l'interview.  Et il se trouve que certaines données publiées en France montrent qu'en réalité, les éoliennes fonctionnent 80 % du temps : niveau "intermittence", on a déjà vu pire ! 

Alternative nucléaire

Mme Le Pen a ajouté que, pour compenser, elle soutiendrait l'industrie nucléaire française en permettant la construction de plusieurs nouveaux réacteurs, qui figurent déjà parmi les projets annoncés ces derniers jours par le président sortant Emmanuel Macron. Toutefois, selon Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, il ne serait pas possible de s'engager immédiatement dans cette voie. 

 

Le démenti a été publié sur Twitter, un post dans lequel la ministre explique que "démanteler les parcs éoliens, c'est se priver d'au moins 8% de la production d'électricité, alors que les prévisions disent que la consommation augmentera de 20% d'ici 2035". Barbara Pompili explique donc que  Mme Le Pen "nous conduirait au black-out, sauf si elle sait construire des centrales nucléaires en moins de 10 ans (et ce n'est pas possible)".