Malgré les avancées réalisées ces dernières années, la conduite autonome n'est qu'à ses débuts. Chaque entreprise développe sa techno en mettant un point d'honneur sur la sécurité. Ces dernières veulent à tout prix éviter que le leur voiture soit impliquée dans un accident avec la conduite assistée activée. 

L'ES8, l'un des modèles de Nio, s'est encastré dans un véhicule d'entretien de la voirie alors qu'il était lancé sur une route limitée à 120 km/h tuant ainsi une personne. Le constructeur ne veut pas que ses clients revivent cette expérience mortelle, et modifie en conséquence les conditions pour activer la conduite assistée dans ses véhicules. 

Désormais, le conducteur doit répondre à un questionnaire - une sorte de quiz - et visionner une vidéo de six minutes pour qu'il soit autorisé à utiliser cette fonctionnalité.  

Cette vidéo présente les principales caractéristiques du Nio Pilot et explique clairement qu'il ne s'agit pas d'un système de conduite autonome, mais d'une conduite assistée qui exige tout de même que le conducteur soit attentif à la route. En somme, le conducteur doit comprendre que son véhicule ne peut pas rouler de manière autonome, et qu'il est seul maître à bord. 

Cette vidéo montre aussi comment activer et désactiver le Nio Pilot, comment est géré le changement de voie et comment ajuster sa vitesse ainsi que la distance avec le véhicule qui précède. 

Nio n'est pas le seul a procéder de la sorte pour former ses clients. Xpeng, un autre fabricant chinois, agit de la sorte afin de s'assurer que les conducteurs soient en mesure d'utiliser la fonction "conduite assistée". Visiblement, le chemin est encore long avant que les voitures puissent rouler de manière autonome, sans parler des implications dans le Code de la Route et des questions d'assurance.