Tesla acceptera de nouveau le Bitcoin si son empreinte carbone baisse fortement.

Apparu au début des années 2010, le Bitcoin est une monnaie virtuelle qui se "mine", comme l'or ou le diamant. Bien entendu, les mineurs de Bitcoin n'utilisent pas de pelle ou de pioche mais leur ordinateur, ce qui demande un effort énergétique considérable et se révèle donc peu écologique.

Un temps boudé par Elon Musk en raison de cette empreinte carbone importante, le Bitcoin devrait avoir droit à une seconde chance, si l'on se fie à un récent tweet du PDG de Tesla. En réponse à Cointelegraph, média spécialisé dans la cryptomonnaie, Musk a révélé que "lorsqu'il sera confirmé que les mineurs se serviront d'une raisonnable partie (environ 50%) d'énergie propre avec une tendance positive pour l'avenir, Tesla autorisera de nouveau des transactions avec le Bitcoin."

 

Ce n'est qu'un nouvel épisode de la (déjà) longue histoire entre Tesla et le Bitcoin. Au début de l'année, le constructeur avait acheté une quantité de Bitcoin dépassant le milliard de dollars avant d'annoncer qu'il était désormais possible de l'utiliser pour faire l'acquisition de ses voitures électriques. Cette nouvelle avait fait l'effet d'une bombe, faisant exploser le cours de la cryptomonnaie et permettant à Tesla de réaliser un bénéfice de 100 millions de dollars en vendant 10% de son portefeuille.

Néanmoins, il a aussi été reproché à Tesla de mettre en valeur un moyen de paiement peu écologique, contraire à l'image "verte" du constructeur. C'est ainsi que, à peine quelques mois plus tard, Tesla a déclaré avoir "suspendu l'achat de voitures via l'utilisation du Bitcoin. Nous nous inquiétons de la montée rapide de l'utilisation d'énergies fossiles dans le minage du Bitcoin, surtout le charbon, qui est l'énergie la plus polluante. Tesla ne vendra aucun Bitcoin et nous l'utiliserons de nouveau pour des transactions dès que son minage aura fait une transition vers des énergies durables."