Quatre moteurs électriques, 1914 ch, 0-100 km/h en 1,97 seconde et un prix fixé à 2 millions d'euros.

Comme prévu, Rimac lève le voile sur sa nouvelle hypercar, la Nevera. Elle a été présentée sous forme de prototype en 2018, et depuis, le constructeur croate n'a cessé de l'améliorer. L'aérodynamique est un des points essentiels sur lequel les ingénieurs ont travaillé durant toutes ces années. Rimac annonce que l'efficacité aérodynamique de la Nevera a augmenté de 34% par rapport aux premiers prototypes. 

Plus aérodynamique

Le conducteur peut à tout moment modifier le comportement de sa voiture. En activant le mode "Low Drag", le coefficient de traînée de la Nevera baisse à 0,30. A contrario, en mode "High Downforce", la force d'appui augmente de 326% pour plaquer la voiture au sol.

Rimac Nevera
Rimac Nevera

Rimac a aussi apporté quelques modifications à la carrosserie afin de mieux refroidir les moteurs et les freins. D'après lui, à basse vitesse, l'amélioration est de 30%, en revanche, à plus haute vitesse, le gain n'est que de 7 %. 

Rimac Nevera

Un 0 à 100 km/h en moins de 2,0 secondes

Ces modifications n'apportent aucun changement esthétique, le modèle de série est fidèle au concept. Il en va de même pour sa fiche technique et ses performances. La Rimac Nevera peut toujours compter sur ses quatre moteurs électriques délivrant une puissance totale de 1914 ch pour 2360 Nm de couple. C'est une voiture extrêmement puissante capable de pulvériser le 0 à 100 km/h en seulement 1,97 seconde.

La deuxième voiture de série de Rimac affiche aussi un 0 à 300 km/h en 9,3 secondes, soit plus ou moins le temps nécessaire à une Renault Clio pour passer de 0 à 100 km/h. Enfin, le 1/4 de mile est réalisé en 8,6 secondes à une vitesse maximale de 412 km/h ! Avec de telles performances, la Rimac Nevera est définitivement une hypercar à prendre très au sérieux. 

Rimac Nevera
Rimac Nevera

Une voiture aussi puissante et lourde (2150 kg) se doit d'avoir de gros freins. Rimac l'a équipée d'un ensemble Brembo en carbone-céramique de 390 mm pincé par des étriers à six pistons. 

Une autonomie rikiki ?

À ce stade de la présentation, vous vous demandez certainement quelle est l'autonomie de cette voiture électrique. Eh bien, disons que les clients qui achètent ce genre de voiture se préoccupent peu de l'autonomie maximale. Personne n'utilisera sa Rimac Nevera pour faire de longs trajets, il en va de soi.  

Rimac Nevera

Avec sa batterie de 120 kWh, Rimac annonce une autonomie de 550 km selon le cycle WLTP. Cela n'est bien entendu possible que si le conducteur se montre très sage au volant, mais lorsqu'on est accro aux accélérations, l'autonomie fond comme neige au soleil. Rimac ne donne pas d'informations précises à ce sujet, mais il est évident qu'après des accélérations répétées, l'autonomie devient anecdotique. 

Les propriétaires seront heureux d'apprendre qu'il est possible de charger la batterie de 0 à 80% en seulement 22 minutes. Toutefois, cela implique de la brancher à une borne délivrant une puissance de 500 kW, chose complètement impossible car il n'existe pas (encore) de bornes électriques délivrant une telle puissance de charge... 

Presque aussi chère qu'une Bugatti

Si l'envie vous prend, sachez que la Rimac Nevera est facturée à 2 millions d'euros. Chacun des 150 exemplaires est signé par le fondateur de la marque, Mate Rimac. Les riches clients pourront choisir entre différentes versions, à savoir, GT, Signature et Timeless. Les possibilités de personnalisation sont nombreuses comme l'affirme Mate Rimac, il n'y aura pas deux Nevera identiques. 

Galerie: Rimac Nevera