Chip Ganassi Racing souhaite que les dirigeants de l'Extreme E ne modifient pas le format des courses "sur un coup de tête".

Chip Ganassi Racing fait partie des neuf équipes prenant part à l'édition inaugurale de l'Extreme E, un championnat de SUV électriques. Bien que la structure américaine soit l'une des plus performantes sur la piste, elle occupe la dernière place du classement en raison d'un début de saison parasité par des accidents et des problèmes techniques.

Malgré cette série de désillusions, Ganassi désapprouve la flexibilité de l'Extreme E en ce qui concerne le règlement. Seuls deux X Prix ont été disputés pour le moment, or les dirigeants de la discipline ont déjà apporté quelques modifications sur le format des courses pour permettre à davantage d'équipes d'augmenter leurs chances d'inscrire de gros points.

"C'est un tout nouveau sport", a confié Dave Berkenfield, directeur d'équipe, à Motorsport.com"Ce n'est pas de la course sur circuit, ce n'est pas de la course tout terrain, ce n'est pas du rallycross. C'est nouveau et tout électrique, nous devons gérer de nouvelles technologies. Ce championnat ne peut pas faire un tas de changements pendant la saison. Il ne peut pas prendre des voitures qui étaient hors du coup en début d'année et tout mélanger."

"Nous devons améliorer les courses", a-t-il poursuivi. "Nous devons améliorer le spectacle, mais nous ne pouvons pas réagir sur un coup de tête. Les fans veulent voir un outsider qui fait face à l'adversité. Ça, c'est du sport automobile."

Afin de susciter l'intérêt des spectateurs et des sponsors, Berkenfield a estimé que l'Extreme E devrait se concentrer sur la qualité des courses et patienter jusqu'à l'arrivée naturelle de nouveaux concurrents.

"Nous devons fournir le meilleur produit et les meilleures courses. [Ainsi] nous obtiendrons la meilleure audience pour nous assurer que le championnat puisse continuer. Ensuite, nous attirerons de plus gros sponsors, plus de fournisseurs et plus de spectateurs. Quand nous parviendrons à réunir 12 voitures et quand nous saurons combien d'événements auront lieu chaque année, alors nous pourrons avoir une grande discussion sur ce que nous avons appris."