Après le nautisme, les deux-roues ou encore l'électronique, Yamaha souhaite ajouter une nouvelle corde à son arc.

En Europe, Yamaha est particulièrement reconnu pour ses deux-roues. Mais, comme de nombreux autres constructeurs japonais, Yamaha n'est pas spécialisé uniquement dans un domaine, bien au contraire, puisque la marque travaille aussi dans le milieu du nautisme et de l'électronique. Yamaha s'était même essayé aux voitures il y a quelques années avec le concept Sports Ride, une petite sportive légère aux airs de Toyota Supra.

Malheureusement, Yamaha n'a pas donné suite au développement de ce modèle, et même au développement de voitures d'une manière générale. Pourtant, la marque n'a pas tiré un trait à l'idée d'intégrer (ou de réintégrer devrait-on dire) l'univers de l'automobile, bien au contraire. Yamaha fournit des moteurs pour l'automobile depuis déjà quelques années, en compétition notamment, mais aussi pour des modèles de série, à l'image du V8 essence 4,4 litres de 315 chevaux du premier Volvo XC90.

Aujourd'hui, il n'est évidemment pas question de V8, mais d'une motorisation davantage dans l'air du temps. Yamaha vient de nous dévoiler un moteur électrique synchrone à aimants permanents destiné aux véhicules zéro émission développant la bagatelle de 350 kW, soit environ 475 chevaux.

Yamaha moteur électrique Hyper-EV
Yamaha moteur électrique Hyper-EV

La marque avait pour particularité de développer des moteurs thermiques puissants et compacts, comme ce fut le cas pour le V8 pré-cité. Pour rappel, ce bloc tenait en position transversale sous le capot du SUV suédois, avec un angle très fermé de 60° au lieu de 90° habituellement, et un décalage d'un demi-cylindre par rapport à la rangée de droite, en plus de l'adjonction d'un arbre contre-rotatif pour neutraliser le déséquilibre de ce type de V8.

Les ingénieurs ont gardé à peu près la même philosophie pour ce moteur électrique, puisqu'en plus d'être parmi les plus puissants du marché, il est aussi l'un des plus compacts et intègre directement le convertisseur et la transmission. Nous pourrions donc retrouver ce groupe motopropulseur, sous cette forme ou sous une autre, au sein de nos futures voitures électriques.

Le marché pour le constructeur japonais est grand, d'autant plus que tous les constructeurs ne maîtrisent pas encore cette technologie. Cette solution pratiquement "clé en main" pourrait séduire plus d'un constructeur. De son côté, Yamaha travaille également sur des deux-roues électriques, à l'image des brevets publiés il y a quasiment un an concernant des MT-07 et R1 électrifiées, puis, en automne, à l’occasion du Tokyo Motor Show, avec la présentation des concepts E01 et E02 de scooters électriques.