"Si j'avais eu de meilleurs freins, je vous aurais donné une leçon".

Voilà ce que le conducteur du SUV électrique s'est permis de dire au pilote d'une Nissan GT-R modifiée lorsqu'il n'a pas pu suivre le rythme imposé par la sportive. Et effectivement, en regardant cette vidéo, on se dit que le conducteur au volant du Nio ES6 a effectivement très bien conduit pour ce tour sur le Nürburgring, l'un des circuits les plus difficiles au monde. Mais les freins n'ont apparemment pas suivis. 

En effet, à un peu plus de 4 minutes dans la vidéo, le conducteur se plaint de l'usure des freins. Il a expliqué que cela était dû au système agressif de contrôle électronique de la stabilité (ESC) de la Nio. Il engageait régulièrement les freins en pensant que la voiture perdait le contrôle, et cela finissait par les faire surchauffer.

Galerie: Nio ES6

L'évanouissement des freins est un problème courant pour les véhicules électriques sur les circuits de course : outre le fait que l'ESC s'en mêle, le poids élevé des véhicules électriques est une autre raison évidente. Les propriétaires de Tesla qui fréquentent les circuits changent généralement les plaquettes et le liquide de frein afin d'augmenter la durée de vie de ceux-ci en cas de conduite intensive. Si le Nio ES6 disposait d'un mode piste qui supprime complètement l'ESC, les freins auraient pu durer bien plus longtemps. M'enfin, ce n'est pas là son terrain de jeu privilégié ! 

À peu près à la moitié de ce tour sur le Nürburgring, le conducteur se plaint d'une limitation de la puissance mais ne reçoit aucun avertissement. Un peu plus tard, il dit que la vitesse était limitée à 150 km/h en raison de la baisse de puissance, mais il ne reçoit toujours pas d'avertissement. Cependant, la puissance semble revenir plus tard dans la vidéo, probablement parce que la batterie a refroidi.

À la fin de la vidéo, le conducteur se dit surpris par la durée de la pleine puissance. Il pensait que la batterie allait réduire celle-ci au bout de 3 ou 4 kilomètres, mais il n'a ressenti aucune réduction de puissance avant environ 10 kilomètres. Les batteries des véhicules électriques peuvent chauffer après de longues périodes de conduite intensive. À partir d'une certaine température, la voiture réduit la puissance afin de protéger la batterie.

Puis le conducteur explique que ce qu'il préfère dans la conduite de ce SUV Nio, c'est l'équilibre de la voiture. Il aime les réglages de la suspension et pense que la Nio est très prévisible. Il déclare : 

"Pour résumer, le châssis est vraiment bon car on se sent en sécurité et en confiance, même sur une piste avec des dénivelés aussi importants."

Le Nio ES6 a démarré son tour avec 58 % (247 km) de batterie restante et a terminé le tour du Nürburgring avec 124 km restants, soit environ 29 % de batterie restante. À titre de comparaison, une Tesla Model 3 Performance (dans une autre vidéo) s'était élancée avec 91 % de batterie et l'a terminé avec 56 % de batterie restante.