En février, le constructeur a presque réduit de moitié sa valeur à Wall Street !

En bourse, le cours de Tesla s'apparente à des montagnes russes. Si le constructeur a connu une croissance folle en 2020, avec une hausse de plus de 700 %, le soufflé vient de retomber. En l'espace d'un mois, Elon Musk a perdu son statut d'homme le plus riche du monde et Tesla a vu disparaître 234 milliards de dollars !

Prévisible, cette soudaine perte de valeur à Wall Street est le résultat de divers facteurs. Premièrement, un constructeur automobile qui vend 20 fois moins que Volkswagen ne peut pas valoir 5 fois plus, aussi moderne soit-il. Deuxièmement, Tesla fait face à un facteur statistique important : la plupart des entreprises entrant dans l'indice boursier Standard & Poor's 500 connaissent une baisse temporaire par la suite.

Les raisons de l'effondrement

Au-delà de l'aspect strictement financier, Tesla a perdu une partie de sa valeur pour d'autres raisons. Celles-ci sont principalement liées à l'augmentation de la concurrence dans le domaine des voitures 100 % électriques.

Alors que l'industrie automobile est en pleine phase de renouvèlement et que la transition énergétique continue de suivre son cours, des groupes industriels comme Volkswagen, produisant des millions de véhicules par an, peuvent compter sur une puissance de feu supérieure à celle d'Elon Musk. Et ces groupes seront également en mesure de réduire l'avantage de Tesla au niveau technologique lors des prochaines années.

Tequila, lanciafiamme e tavole da surf: tutte le pazzie di Elon Musk

Une année record

Cependant, la méforme de Tesla n'impacte en rien l'année 2020 exceptionnelle vécue par le constructeur de voitures électriques. En Californie, Tesla a joué le rôle de chef d'orchestre en dictant le rythme de l'électrification, avec de nombreux succès à la clé. C'est pour cette raison que dans une vidéo d'autocongratulation, la firme remercie tous les employés et collaborateurs ayant permis à Elon Musk de franchir des paliers majeurs dans le secteur automobile et au-delà.

Secteur automobile

L'année 2020 de Tesla a débuté en fanfare avec la fin de la construction de sa Gigafactory de Shanghai. Les livraisons de la Model 3 produite en Chine ont suivi peu de temps après. Pour rester dans le thème de l'usine, Tesla a également posé la première pierre d'une Gigafactory en Allemagne, en service d'ici quelques mois, et à Austin, au Texas.

Le résumé des 12 derniers mois de Tesla :

  • Production de la millionième voiture de la firme.
  • Nouveau record avec 500'000 exemplaires livrés dans le monde en un an.
  • Début de la commercialisation de la Model 3 assemblée à Shanghai.
  • Début de la commercialisation aux États-Unis et au Canada du Model Y.
  • Mise en place de procédures de livraison sans contact pour faire face à la pandémie de Covid-19.
  • Exportation de la Model 3 chinoise vers l'Europe.
  • Sortie de la version bêta du système Full Self Driving.
  • Présentation des cellules de batteries 4680 lors du Battery Day.
  • Croissance du réseau Supercharger pour atteindre 20'000 stations.
  • Présentation des Model S et Model X restylés.
  • Conception de la première voiture électrique d'une autonomie de plus de 645 km (Model S).
  • Record de la piste de Laguna Seca dans la catégorie des voitures électriques (Model S, 1:20.327).
Tesla Solar Roof

Au-delà des quatre roues

Mais les activités de Tesla ne se résument pas aux voitures uniquement. Le constructeur américain s'est distingué par son engagement en faveur de l'énergie verte dans tous les domaines. En 2020, Tesla a intensifié les travaux sur son Solar Roof, une technologie prête pour 2021, selon Musk. Lors de cette même année, la firme a également installé son 100'000e Powerwall et a lancé le projet Megapack en Californie.

Tesla a également travaillé avec CuraVac sur un vaccin à ARN contre le Covid-19. Pour ce faire, la société avait exprimé son intention de fabriquer des imprimantes à molécules mais, à ce jour, le développement semble être au point mort.