Un rapport se penche sur les nombreux avantages reçus par Tesla en Chine.

L'argent prend souvent le pas sur la raison. C'est peut-être pour cela qu'en février dernier, lorsque la Chine a fermé ses usines pour lutter contre la propagation du COVID-19, une exception a été faite. Dans une plaine marécageuse à la périphérie de Shanghai, seule la Gigafactory de Tesla a rouvert ses portes.

Dans un rapport, le spécialiste financer Bloomberg révèle qu'avec l'arrêt des transports, le gouvernement chinois a malgré tout fourni des bus et des dortoirs pour les employés de Tesla, allant même jusqu'à faire appel aux responsables de la sécurité pour éviter tout contact entre les travailleurs et la population locale.

La course aux masques devenant de plus en plus disputée partout dans le monde, Tesla a pu recevoir de nombreux lots de masques N95 et d'un désinfectant si puissant qu'il fallait un permis pour pouvoir l'acheter. Et selon certaines informations, démenties par les autorités chinoises, le pouvoir exécutif aurait même réquisitionné la police pour que l'usine Tesla puisse continuer à tourner à un rythme soutenu !

L'exception Musk

Avec une rapidité sans précédent, Elon Musk a été le premier homme d'affaires à bénéficier d'énormes avantages dans l'empire du Milieu : réductions d'impôts, prêts à taux bas et gestion totale de ses opérations sans obligation de joint-venture. Mais pour obtenir une telle longueur d'avance sur les autres entreprises installées en Chine, Tesla a dû promettre de faire du pays son deuxième marché le plus important, après les États-Unis.

Tesla Gigafactory 3

Il n'est donc pas surprenant que le Model 3 soit l'une des voitures électriques les plus vendues en Chine. Le pays est responsable d'environ un cinquième des revenus de Musk, contribuant fortement à son nouveau statut d'homme le plus riche au monde. Il est alors impressionnant de se dire qu'en 2015, il n'y avait que 3 700 Teslas vendues en Chine !

Le meilleur des accords

Lorsque le constructeur américain s'est implanté dans le pays, plusieurs banques soutenues par l'État ont conclu des accords portant sur un financement sans recours de 521 millions de dollars pour la construction de la Gigafactory 3 et qui signifie qu'en cas de défaut de paiement, les banques n'auraient aucun droit légal sur Tesla au-delà de sa garantie.

Xi Jinping

Le gouvernement chinois a immédiatement donné les autorisations nécessaires pour que Tesla puisse commencer à travailler avant même que tous les permis ne soient obtenus. Le raccordement à l'eau n'a pris que quatre jours, et State Grid, le distributeur national d'électricité, a déclaré avoir achevé le travail plus rapidement que pour n'importe quel autre projet.

La contrepartie

Il est impossible que l'on donne autant d'avantages sans demander quelque chose en compensation. Pour l'instant, il semble que le président chinois Xi Jinping compte s'appuyer sur les compétences des ingénieurs de Tesla pour faire de son pays le leader incontesté de la mobilité électrique. Sur la balance, cela fait peu si l'on considère les énormes avantages obtenus par Tesla, firme étrangère de surcroit.

Trafic Chine

"Les entreprises étrangères doivent être conscientes que le plan est de faire en sorte que toutes les technologies de pointe soient chinoises", déclare James McGregor, président du cabinet de conseil Apco, en Chine. "J'espère qu'Elon [Musk] gardera les deux yeux ouverts."

C'est un revirement de situation qui est impressionnant. Depuis les années 1990, la Chine a toujours interdit aux constructeurs automobiles étrangers de créer des entreprises contrôlées à 100% par ces derniers. Mais pour Musk, il n'y a eu aucune obligation de faire moitié-moitié avec des entités chinoises ou de partager ses revenus, ses technologies et son expertise avec des entreprises concurrentes.

Les vétérans de l'industrie automobile chinoise, qui ont vu des firmes de premier plan comme Volkswagen et Toyota lutter pendant des décennies pour obtenir ce que Musk a obtenu en quelques années seulement, lancent un avertissement. "Elon a très bien joué", confie Bill Russo, ancien cadre de Chrysler, à Bloomberg . "Mais si Tesla a obtenu tous ces avantages, c'est uniquement parce que c'était dans l'intérêt premier de la Chine."

Et comme toutes les histoires d'amour, il faut garder en tête que celle-ci pourrait voler en éclat à n'importe quel moment.