D'après le magazine allemand, certains modèles émettent 400% de plus que ce qui est annoncé par leur constructeur.

Le 23 novembre, T&E (Transport & Environnement) a averti que la plupart des hybrides rechargeables n'étaient que "de fausses voitures électriques, construites pour des tests en laboratoire et des réductions d'impôts, et non pour une véritable conduite eco-responsable".

C'est ce qu'a déclaré Julia Poliscanova, directrice générale des véhicules propres chez T&E. Un peu plus tard, Autobild a confirmé que les PHEV émettent bien plus qu'ils le prétendent, comme vous pouvez le voir dans le tweet ci-dessous partagé par Critical Matt.

 

Pour ceux qui ne sont pas germanophones, voici ce qu'il a écrit : "Ici, nous voyons toute la supercherie des #PHEV en noir et blanc dans #Autobild. Une consommation qui dépasse de 400 % les spécifications d'usine. Les taxes pour un SUV de 2,5 tonnes de type Cayenne, Touareg ou Explorer ? 60 €."

Volkswagen Touareg R eHybrid (PHEV)

Le test d'Autobild a apparemment été publié dans l'édition 52-53/2020 du magazine avec trois hybrides rechargeables : VW Touareg, Porsche Cayenne et Ford Explorer. Sur la page partagée par Critical Matt, on peut voir que le Touareg présentait des émissions de CO2 de 284 g/km. Cela représente un écart de 387 % par rapport aux émissions indiquées par Volkswagen.

Le Cayenne E-Hybrid a émis 274 g/km de CO2, soit un écart de 359 % par rapport aux chiffres officiels. Le Ford Explorer 3.0 Ecoboost PHEV est le véhicule le plus polluant du trio, avec un écart de 407 % par rapport aux chiffres officiels : il émet 289 g/km.

Ford Explorer PHEV

Nous avons pris contact avec Autobild pour vérifier la véracité de ces informations et avoir quelques précisions sur les lignes "Testverbrauch" (consommation en test) et "Abweichung" (écart) présentées pour chaque véhicule. Le magazine allemand n'a toujours pas répondu à notre demande.

Pour les trois PHEV testés, les taxes annuelles ne s'élèvent qu'à 60 euros. C'est le principal point sur lequel T&E a mis en garde. Selon l'ONG, les incitations gouvernementales ne devraient être accordées qu'aux véhicules vraiment propres. Les PHEV pourraient être propres s'ils offraient une plus grande autonomie, une capacité de charge rapide et des moteurs thermiques beaucoup plus petits, utilisés principalement pour recharger le bloc de batteries au lieu d'alimenter le véhicule.

T&E craint qu'ils ne soient qu'un leurre pour que les gros moteurs restent en production le plus longtemps possible sous prétexte qu'ils peuvent fonctionner comme des véhicules électriques (avec une autonomie très faible).

Comme nous l'avons précédemment mentionné, si les véhicules hybrides rechargeables continuent de présenter des émissions aussi élevées, ils pourraient conduire à un scandale similaire au Dieselgate. Pour les propriétaires de PHEV, la recommandation est d'utiliser son véhicule autant que possible en mode VE uniquement.