Les voitures thermiques perdent du terrain face aux électriques.

La Norvège est le pays où les voitures électriques occupent une place importante. Selon les données de la Fédération routière norvégienne (OFV), une voiture sur deux vendue en 2020 était électrique.

En effet, leur part représente désormais 54,3% des voitures neuves vendues dans le pays contre 42,4% en 2019. Selon les analystes, cette tendance devrait se poursuivre en 2021 puisqu'ils estiment que les électriques représenteront plus de 65% des parts de marché. 

Il faut dire que l'offre n'a jamais été aussi importante avec des véhicules divers et variés allant de la Nissan Leaf à la Volkswagen ID.3 en passant par la Tesla Model 3. De nouveaux modèles sont attendus en 2021, ce qui devrait doper les ventes des voitures à piles. 

Plusieurs facteurs expliquent le succès des véhicules électriques en Norvège. Si les voitures thermiques sont soumises à plusieurs taxes, les électriques en sont exemptes (comme la TVA). Pour enfoncer le clou, le gouvernement norvégien encourage les clients à passer à l'électrique en leur octroyant des aides à l'achat (baisse des prix) mais aussi des avantages non négligeables tout au long de leur utilisation.

Si le véhicule électrique transporte par exemple au moins deux passagers, alors il peut circuler sur les voies de bus et gagner donc de précieuses minutes. Des rabais sont aussi accordés aux péages et les trajets en ferry.

Il faut rappeler que la Norvège est le plus gros producteur de pétrole d'Europe de l'Ouest. Paradoxalement, l'émergence des véhicules électriques est financée par l'argent du pétrole. Mais voilà, comme les véhicules thermiques se font de plus en plus rares et que les électriques sont de plus en plus nombreuses, les recettes fiscales fondent comme neige au soleil. Ainsi, certains avantages qui étaient autrefois accordés aux véhicules électriques ont été reconsidérés comme la gratuité des péages urbains. De plus, l'exonération totale de la TVA pour les électriques sera discutée cette année.