Et il pourrait être le seul Macan proposé après 2024.

Il ne fait aucun doute que Porsche n'hésite pas à passer au monde électrique. À l'exception de petites structures telles que Rimac, Porsche semble être le constructeur le plus agressif du marché des supercars en terme de transition. Nous savons depuis un certain temps que le Macan sera entièrement électrique, mais un nouveau rapport de l'Automobilwoche nous donne un aperçu du calendrier. Le rapport cite Michael Steiner, membre du conseil exécutif de Porsche pour le développement, qui aurait déclaré que la production du Macan électrique devrait commencer à la fin de l'année 2022. Il convient de souligner que ce délai correspond au début de la production, ce qui signifie que le SUV sera probablement lancé plusieurs mois, voire un an ou plus avant.

Nous avons vu une action similaire de la part de Ford avec la Mustang Mach-E, sans parler du Cybertruck de Tesla et du nouveau Hummer de GMC, ce dernier n'ayant pas encore été techniquement lancé dans son intégralité, mais sera tout de même révélé un an avant sa date de mise en vente fin 2021.

À quoi ressemblera le Macan électrique ? Rien n'est confirmé, mais nous avons entendu des rumeurs très crédibles émanant des dirigeants de Porsche qui indiquent que la puissance d'une variante Turbo S pourrait atteindre 700 chevaux (525 kilowatts). Comme la Taycan, il est évident qu'elle ne sera pas équipée d'un turbocompresseur, elle suivra donc la structure de dénomination familière de Porsche pour les niveaux de finition. Cela signifie qu'il y aura une version Turbo standard et d'autres sous-modèles pour agrémenter la gamme Macan électrique.

Galerie: Porsche Macan GTS 2020

Le plus intéressant est peut-être que des rumeurs suggèrent également que le Macan sera entièrement électrique à partir de 2024. C'est une décision osée de la part de Porsche, car le Macan est devenu le véhicule le plus vendu de la société en un temps relativement court. Les acheteurs de Porsche ne sont peut-être pas prêts à renoncer complètement à la combustion interne, mais avec la vitesse à laquelle l'industrie automobile évolue actuellement, les choses pourraient être très différentes en 2024.