Ionity vient de dévoiler sa nouvelle grille tarifaire. Le coût kilométrique explose et dépasse celui d'une voiture thermique. Mais pas pour tout le monde.

Si vous suivez avec assiduité l'actualité automobile, vous devez certainement connaître le réseau de recharge Ionity, fruit d'un consortium entre plusieurs constructeurs automobiles. Son objectif ? Mailler le Vieux Continent d'un réseau de recharge rapide, fiable et surtout pratique pour tous les utilisateurs de véhicules électriques. L'objectif de Ionity est également de concurrencer Tesla et son réseau Superchargeur.

À l'heure où nous écrivons ces lignes, Ionity compte 202 stations sur les 400 prévues à la fin de l'année. Au 31 janvier 2020, la grille tarifaire va changer, et si l'opérateur facturait un forfait de 8,74 euros pour le lancement de la charge en plus du temps passé ou du nombre de kWh récoltés, il va falloir débourser désormais 0,79 euro par kWh, un tarif commun à toute la zone euro et qui sera adapté en fonction des différentes devises utilisées selon les pays.

Jusqu'à 65 euros pour un plein ?

Le calcul est rapide puisqu'un client qui récupère 50 kWh devra débourser 39,50 euros. Sur autoroute, les voitures électriques consomment, en moyenne suivant la puissance, le poids et beaucoup d'autres critères, environ 20 kWh/100 kilomètres. De ce fait, nous arrivons à environ 16 centimes du kilomètre parcouru.

Prenons l'exemple d'une Audi e-tron, dont la batterie possède une capacité de 95 kWh. Vous ne rechargerez jamais à proprement parler 95 kWh, mais disons environ 80 kWh. Avec cette nouvelle grille tarifaire, une pleine charge sur le réseau Ionity vous coûterait aux alentours de 63 euros. Tout en sachant qu'une Audi e-tron, sur autoroute, revendique à peu près 250 kilomètres d'autonomie avec une seule charge, comme en témoigne notre essai que vous retrouverez en suivant ce lien.

Il s'agit d'un exemple puisque, dans les faits, ça ne devrait pas coûter autant à un client Audi, dans le sens où la marque fait partie du consortium à la base de la création du réseau Ionity. Ionity devrait donc appliquer des tarifs préférentiels, bien loin des 0,79 euros du kWh pour les clients bénéficiant d'une carte d'abonnement et d'une voiture de l'une des marques membres de la coentreprise (BMW, Daimler, Volkswagen, Audi, Porsche, Ford, Kia et Hyundai). Les marques concernées ne manqueront pas de communiquer incessamment sous peu. Mercedes précise d'ores et déjà que pour leurs clients bénéficiant d'un abonnement "Me Charge", le tarif sera de 0,29 euro du kWh, soit environ huit à neuf euros pour 100 kilomètres au vu des consommations relevées lors de notre essai du Mercedes EQC.

Avec cette nouvelle politique tarifaire, Ionity change de politique et ferme en quelque sorte les portes à ceux ne voulant pas s'impliquer dans son développement. Jaguar, le groupe PSA ou encore Renault ne vont très certainement pas voir ça d'un très bon œil, puisque cette augmentation significative des prix, qui les concerne donc directement, va réduire considérablement les solutions de recharge rapide, à moins que les clients mettent la main au portefeuille.

Les raisons d'un tel changement

Pourquoi une telle augmentation, surtout quand Ionity se veut concurrent direct du réseau de recharge Tesla. Tesla qui, soit dit en passant, facture 0,24 euro par kWh. Le plein d'une Model 3 sur un Superchargeur équivaut à environ 18 euros, tout en sachant qu'avec cette même Model 3, il est possible d'atteindre 400 kilomètres sur autoroute avec une seule charge. Les clients de la première heure des Model S et Model X conservent également la chance d'avoir des recharges gratuites sur les Superchargeurs.

Marcus Groll, le vice-président de Ionity, justifie cette augmentation par "les services uniques et premium" offerts par son réseau. De plus, il évoque également la possibilité de recharger jusqu'à 350 kW, et précise également que "les emplacements sur autoroutes coûtent plus chers qu'en dehors". Pour le moment, en France, toutes les bornes Ionity sont sur les autoroutes, mais l'entreprise devrait prochainement aussi s'installer en zone urbaine. Les stations seraient également capables de répondre à des demandes importantes, puisque chaque site est conçu pour délivrer au maximum 1,2 mégawatts. Une puissance suffisante pour recharger jusqu'à six voitures en même temps à une puissance de 200 kW.

Une grille tarifaire encore susceptible de changer ?

Ionity explique dans son communiqué être en discussion avec des sociétés pour s'accorder sur les prix, et offrir des tarifs plus avantageux réservés aux utilisateurs fréquents. Ils pourraient bénéficier d'une remise sur le prix du kWh et pourraient être prélevés mensuellement ou annuellement.

Ionity précise également qu'il n'y a pas de frais de lancement de charge comme c'était le cas auparavant, ni de frais d'occupation, même si vous laissez votre voiture branchée après la fin de la charge. Marcus Groll explique également que cette nouvelle grille tarifaire "n'est pas encore figée" dans le sens où elle pourrait évoluer dans le temps et arriver vers une tarification selon l'heure, permettant, comme les fournisseurs d'électricité, d'avoir le droit à des prix qui varient en fonction des heures pleines et des heures creuses.

Galerie: Bornes Ionity (2019)