Bien que le groupe travaille sur des modèles 'zéro émission' !

En ces temps d'électrification massive du monde de l'automobile, on attendrait du PDG d'un groupe qu'il défende ces nouvelles énergies pour préparer l'arrivée de ses marques sur le secteur. Mais si en Europe, le PDG de PSA, Carlos Tavares, s'est déjà montré plusieurs fois critique envers les voitures électriques, le président de General Motors est carrément monté au créneau pour déconseiller aux citoyens américains de se lancer dans l'achat d'une voiture 'zéro émission'.

Mark Reuss est arrivé à la tête de General Motors en janvier 2019 et va donc devoir piloter la transition vers l'électrique pour de nombreuses marques du groupe, puisque plusieurs modèles branchés sont en préparation dans les divers constructeurs qui font partie de la galaxie GM, à l'image notamment du futur SUV Cadillac, qui sera entièrement électrique. Fils d'un ancien président du groupe, il a travaillé toute sa vie chez GM et garde un rôle dans le développement des produits en plus de son nouveau poste de PDG du groupe.

Mais Reuss n'a pas hésité à déconstruire la stratégie décidée au sein du groupe en quelques phrases, dans lesquelles il rappelle les difficultés à surmonter pour démocratiser davantage l'électrique : "Qu'en est-il des propriétaires de voiture non-électrique ? Voudront-ils acheter électrique ? Il y a 25 ans, quand nous avons réfléchi à nous lancer dans le business de la citadine professionnelle qui avait environ 100 km d'autonomie, la réponse était 'non'."

En effet, à la fin des années 90, GM avait développé l'EV1, qui reste aujourd'hui le véhicule de série avec le meilleur Cx, mais la voiture, disponible essentiellement à la location, n'avait pas percé. Ou plus précisément, General Motors avait annulé le projet et rappelé les modèles en location pour les détruire, ceux-ci n'étant pas assez profitables. Mais Reuss trouve aujourd'hui d'autres problèmes et assure que les propriétaires de voitures thermiques "veulent des véhicules qui puissent égaler les voitures à essence en autonomie, facilité d'entretien et coût. Dès que nous briserons ces barrières critiques, la voiture électrique deviendra populaire."