120'000 moteurs électriques sortiront de cette usine en 2020, puis 180'000 pour 2021.

Ouvert depuis 1979, le site de Trémery, près de Metz (Moselle), a assemblé près de 50 millions de moteurs essence et diesel. Depuis, le législateur est passé par là et la transition énergétique oblige le groupe PSA à revoir le fonctionnement de ses usines, et surtout ce qu'elles produisent. Avec une gamme de plus en plus électrifiées, PSA vient donc d'inaugurer une nouvelle ligne d'assemblage chargée de produire les eGMP. Qu'est-ce que c'est ? Il s'agit du nom de code désignant le groupe motopropulseur électrifié du groupe, c'est-à-dire le moteur électrique, le réducteur, et l’équipement électronique.

Jusqu'à 900'000 moteurs électriques par an

Cette ligne, réalisée il y a tout juste dix mois, devra produire 120'000 moteurs électriques en 2020, 180'000 en 2021 et vise, à terme, une capacité de production de 900'000 moteurs électriques grâce notamment aux activités de la co-entreprise "Nidec PSA e-motors" créée en 2017 avec Nidec Leroy-Somer. Cette co-entreprise permettra de produire sur le site de Trémery une gamme complète de moteurs électriques destinés aux véhicules 100% électriques et hybrides. Le groupe PSA précise que "l’objectif est de répondre non seulement aux besoins du Groupe, mais aussi à ceux d’autres constructeurs".

Les moteurs thermiques toujours présents

Le site de Trémery conserve toutefois ses lignes d'assemblage concernant les motorisations thermiques. Il est d'ailleurs le seul établissement au monde pour le groupe PSA à fabriquer tous les types de motorisations. Ces moteurs électriques équipent les DS 3 Crossback E-Tense, Peugeot e-208, Opel Corsa-e et autres Peugeot e-2008. Plus tard, ils équiperont aussi les utilitaires du groupe. Rappelons que d'ici 2025, 100 % des modèles du groupe proposeront une variante 100 % électrique ou hybride.

Galerie: Essai DS 3 Crossback E-Tense (2019)