La voiture à hydrogène japonaise aura le droit à une nouvelle génération d'ici 2020.

La Toyota Mirai, c'est le véhicule à hydrogène de la firme japonaise. Vous n'en avez pas encore vu rouler ? C'est presque normal puisqu'elle ne rencontre pas un succès fulgurant. Il faut dire que pour en acquérir une, il faudra mettre la main au portefeuille, et pas qu'un peu puisque, en France, la Toyota Mirai s'échange contre 78'900 euros. Un prix très élevé qui se justifie en raison d'une technologie très coûteuse et encore peu démocratisée. Les chiffres de ventes sont d'ailleurs assez confidentiels puisque Toyota en a vendu environ 1700 en 2018 dans le monde, et 1187 durant les huit premiers mois de l'année 2019. En France, il s'en est écoulé 23 en 2018 et 49 depuis le début de l'année.

Une seconde génération moins chère ?

Malgré un succès somme toute relatif, le président du conseil d’administration de Toyota, Takeshi Uchiyamada, a déclaré lors d’un congrès sur l’hydrogène à Tokyo que la marque travaillait sur la seconde génération de la voiture. La nouvelle Mirai, prévue pour l'an prochain, sera évidemment une auto dotée d'une pile à combustible, mais devrait toutefois coûter un peu moins chère que la première génération. L'expérience de la marque et les progrès concernant la technologie devraient permettre de réduire la facture finale, même si celle-ci restera toujours plus élevée qu'un modèle hybride pour le moment.

Une Mirai au prix d'une Camry d'ici dix ans ?

Toyota estime d'ailleurs que le coût de revient de la Mirai devrait tomber au niveau d'un véhicule hybride dans environ dix ans. D'ici une décennie, ce ne sera donc plus la deuxième, mais la troisième génération qui aura vu le jour étant donné que le cycle de vie ne semble pas excéder cinq ans. Financièrement parlant, Toyota est l'un des rares constructeurs pouvant se permettre de travailler sur ce type de technologie, même si son avenir reste encore assez flou. D'une manière générale, au-delà de la technologie, les coûts liés à l'installation d'une station de recharge restent encore extrêmement élevés. Pour le moment, les acteurs de la mobilité sont davantage occupés au déploiement des stations de recharge pour voitures électriques. L'hydrogène n'est pas encore à l'ordre du jour, mais qui sait, d'ici quelques années la tendance pourrait peut-être s'inverser.

'

Galerie: 2016 Toyota Mirai: Review