Les conducteurs de véhicules électriques haut de gamme doivent apprendre à maîtriser l'accélération instantanée.

En Suisse, l'assureur AXA constate que les "véhicules électriques de luxe et les SUV électriques provoquent 40 % de sinistres en plus que leurs homologues à moteur à combustion" affirme Les Echos. A contrario, les petites voitures électriques causent 10 % d'accidents en moins que les véhicules à essence, et plus globalement, les véhicules électriques ont le même taux d'accidents que les véhicules thermiques. Ce ne sont donc que les véhicules électriques de luxe et les SUV qui intriguent l'assureur français.

En août 2019, AXA a alors réalisé les crash-tests de ces voitures, pour comprendre les causes de leur taux d'accidents élevé. L'assureur s'est vite rendu compte que ces voitures présentent le même niveau de sécurité qu'une voiture thermique. En revanche, elles ont quelques spécificités, qui expliqueraient les analyses réalisées. Bettina Zahnd, responsable Recherche accidentologique et Prévention chez AXA, précise que "l'accélération maximale est directement disponible, alors que pour les moteurs à combustion, même très puissants, il faut un moment avant de l'atteindre".

Cela est vrai, car le couple maximal d'une voiture électrique est directement disponible à l'accélération, la voiture n'a pas besoin de monter dans les tours pour délivrer toute sa puissance. C'est ce facteur qui surprendrait les automobilistes, qui n'ont pas encore l'habitude de conduire des véhicules électriques. Pour ne rien arranger, les voitures électriques sont modernes et embarquent ainsi une multitude d'aides à la conduite. Ces systèmes d'assistance à la conduite entraîneraient un excès de confiance chez les automobiles, qui deviennent plus confiants et moins attentifs à la route.

Les assureurs se penchent sur le cas des véhicules électriques. Il se pourrait que dans un avenir proche, le coût pour assurer un véhicule électrique soit plus élevé que pour un véhicule thermique équivalent. Mais pour l'heure, il est hors de question d'augmenter les tarifs, les assureurs tentent de séduire les conducteurs de voitures électriques, avec des offres plus intéressantes que pour les véhicules thermiques.

Il est tout à fait envisageable que les assureurs demanderont aux conducteurs de voitures électriques et puissantes de passer des stages de pilotage pour apprendre à maîtriser leur voiture afin de bénéficier de rabais (afin de réduire le nombre d'accidents de cette catégorie de voitures).

'
Source: Les Echos