Ce n'est pas le premier constructeur a faire part de son intérêt envers la firme californienne.

Au moment où Tesla s'est rapidement développé et a commencé à avoir une vraie légitimité sur le marché automobile mondial, les mastodontes de l'industrie automobile se sont évidemment penchés sur le cas de la firme californienne. Deux principaux constructeurs ont réussi à investir au sein de la marque, Daimler en 2009 tout d'abord, où le groupe a investi 50 millions de dollars pour détenir environ 9 % des titres de Tesla. L'objectif pour Daimler était de passer des contrats avec l'entreprise américaine concernant la fourniture de groupes motopropulseurs électriques pour le développement de leurs futures voitures électriques. À cette époque, le spectre du 100 % électrique planait déjà du côté des industriels. En 2014, Daimler a cependant mis fin à sa collaboration avec Tesla et a vendu tous ses titres pour la modique somme de 780 millions de dollars. Un joli bénéfice pour un investissement initial de 50 millions de dollars. 

Toyota a également eu une relation similaire avec Tesla, jusqu'à totalement céder sa participation en 2017. Depuis, la marque a cessé de fournir son expertise dans le domaine des voitures électriques et fait aujourd'hui cavalier seul. Cela n'empêche que Tesla suscite toujours l'admiration et l'intérêt de grands groupes. C'est le cas de Volkswagen qui, par l'intermédiaire de son PDG, Herbert Diess, se dit ouvert à un investissement du côté de chez Tesla comme le rapportent nos confrères de chez Manager Magazin. Ces derniers citent même l'un des collaborateurs d'Herbert Diesse en affirmant que "Diess entrerait immédiatement s'il le pouvait". Une déclaration démentie par l'un des porte-paroles du groupe niant ainsi l’intérêt manifesté par Herbert Diess d’acquérir des parts au sein de Tesla.

Pourtant, il n'y aurait rien d'illogique à affirmer cela, d'autant plus que Volkswagen prépare une vaste offensive dans le domaine de l'électrique, et la technologie employée par Tesla pourrait bien leur être d'une grande utilité. Volkswagen dispose également de suffisamment d'argent pour investir chez Tesla, mais même si son PDG semble plutôt partant à ce sujet, il faut encore convaincre le conseil d'administration et les principaux actionnaires, y compris les clans Piëch et Porsche. D'une manière générale, à moins d'une grosse surprise, une telle alliance n'aura certainement pas lieu, à court terme en tout cas. Tesla souhaite avant tout se concentrer sur son propre programme de développement.

'