Elle s'inspirera du concept Centoventi présenté lors du dernier salon de Genève.

Si le groupe FCA n'est pas franchement très en avance concernant la transition énergétique qui s'amorce, les choses devraient rapidement bouger, du côté de chez Fiat néanmoins. En effet, la firme transalpine a confirmé à nos confrères de chez Autocar que la Fiat Panda aura le droit à une version électrique en 2023. D'ici là, il faudra aussi compter sur la Fiat 500 électrique qui sera lancée en 2020. Est-ce vraiment une surprise pour la Panda ? Oui et non dans le sens où le concept-car Centoventi présenté au dernier Salon de Genève annonçait plus ou moins une sorte de petit SUV électrique à l'avenir. Si la Panda électrique arrive en 2023, cela ne veut pas dire que la Panda telle que nous la connaissons aujourd'hui va faire de vieux os. En effet, elle devrait être remplacée dès 2021, mais elle sortira avant tout en version thermique avant d'être présentée en tout électrique deux ans plus tard.

Pourquoi aussi tardivement alors que de nombreux concurrents auront déjà sortis plusieurs modèles électriques ? Le groupe FCA doit encore développer et perfectionner sa technologie. Au-delà de ça, quand on s'appelle Fiat, on ne peut pas non plus proposer un véhicule aux alentours de 30 à 35'000 euros. En effet, un véhicule électrique actuel, quel que soit son segment, ne s'affiche pas sous la barre des 30'000 euros. Si c'est le cas, c'est le fruit de diverses manœuvres plus ou moins astucieuses avec les aides gouvernementales. Un véhicule de segment A ou B et électrique ne peut diluer le surcoût lié à la batterie dans le coût global de la voiture contrairement à un modèle plus haut de gamme. Les clients de ce type de voiture sont aussi à la recherche d'un prix et une Panda affichée à plus de 30'000 euros ne devrait pas rencontrer un succès fou. Il faut donc la jouer stratégique pour Fiat et surtout attendre que la technologie se démocratise.

D'autres solutions existent pour minimiser la facture et Fiat donne quelques indices plus ou moins intéressants. La marque devrait travailler par exemple sur un concept de batteries modulaires comme l'explique le PDG de la marque, Olivier François : "Nous utiliserons des modules de 100 kilomètres qu’il sera possible de mettre à jour, d’acheter ou de louer". Il s'agit en outre de la technologie intégrée au concept-car Centoventi où l'autonomie pouvait varier de 100 à 400 kilomètres. Dans tous les cas, Fiat n'a pas vraiment le droit à l'erreur avec ses deux produits et le passage à l'électrique s'avèrera décisif pour l'avenir de la marque. Rappelons que les ventes de la 500 et de la Panda représentent plus d'un tiers du volume de Fiat en Europe.

Au-delà de la Panda, c'est toute la gamme de la firme italienne qui devrait être repensée à l'avenir comme l'explique Olivier François : "Pour notre future gamme de produits, nous avons besoin d’un équilibre entre deux familles : les 500 et les voitures plus familiales. Il n'y aura pas de grosses voitures, pas de voitures premium, pas de voitures sportives, tout simplement parce qu'elles n'ont aucune légitimité chez nous. Nous serons présents au sein du segment C, mais rien de plus. Tous les modèles seront compris entre moins de 3,5 mètres et 4,5 mètres. C'est là que Fiat disposera ses pions. Nous avons besoin de plus de véhicules électriques. Et nous avons besoin de plus de modèles 500, une famille aujourd'hui légitime qui nous permet de gagner plus d'argent".

'

Galerie: Fiat Centoventi