L'incitation est très différente selon les pays !

La voiture électrique est pour le moment marginale en Europe, comme en France, mais le marché est en pleine expansion avec 301'000 ventes de véhicules électrifiés en 2018 sur l'ensemble du Vieux Continent, soit 38 % de hausse par rapport à 2017. Et si l'ensemble des États s'accordent à vouloir faire une transition vers du 100 % électrique entre 2030, comme l'Irlande, et 2040, comme la France, tous ne fournissent pas le coup de pouce nécessaire à leurs citoyens pour aider une accélération de ce changement.

L'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA) s'est penchée sur la contribution des États membres. Seuls 12 d'entre eux offrent des primes et des bonus à leurs citoyens pour les motiver à se lancer dans l'électrification. La France en fait évidemment partie, même si les condition d'attribution de la prime à la conversion vont être revues de manière plus stricte. Et cela permet de voir que les citoyens de l'Hexagone ne sont pas les plus mal lotis, puisque les pays scandinaves, pourtant très enclins à l'électrification n'offrent pas autant.

La Finlande aide ses automobilistes à hauteur de 2000 euros pour l'achat d'une voiture électrique, à condition qu'elle ne dépasse pas les 50'000 euros, tandis que la Suède offre 5700 euros pour un achat électrique, et 950 euros pour une voiture hybride. L'Allemagne et l'Espagne aident respectivement à hauteur de 4000 et 5500 euros pour passer au 'zéro émission', tandis que l'Autriche et l'Irlande se situent au milieu avec 4500 et 5000 euros de bonus. Peu de pays donnent plus que la France pour aider les citoyens, mais on trouve parmi eux la Roumanie, qui finance les achats avec une prime de 10'000 euros, la Slovénie (7500 euros, mais aussi 4500 euros pour un hybride rechargeable), alors que l'Italie, comme la France, offre 6000 euros de prime aux citoyens voulant effectuer la transition.

Par ailleurs, on constate qu'il n'y a aucune corrélation entre ces aides et le PIB par habitant de chaque pays, puisque le Luxembourg, qui a le plus haut indice de l'UE, ainsi que le Danemark, n'ont pris aucune mesure pour encourager leurs habitants à se lancer dans l'électrification. Dans les pays les plus pauvres de l'Europe, où la part des ventes électriques est encore très faible (moins de 1 %), aucune mesure n'est prise non plus.

'