Huit fois plus qu'avant !

C'est une surprise dont se seraient surement bien passés les habitants de Lyon disposant d'une voiture électrique rechargée via les bornes en libre-service mises à disposition par BlueLy, l'autopartage de la capitale rhodanienne disposant de Bluecar elles aussi en libre-service. Seulement, BlueLy a fait évoluer ses tarifs, et l'ancien plafonnement pour une utilisation nocturne des bornes a fait place à un paiement à la demi-heure, qui est également instauré la journée.

Jusqu'ici, le plafonnement des tarifs était fixé à 5 euros la nuit, entre 22h et 8h, ce qui permettait de faire le plein d'énergie pour une somme raisonnable. Mais les conditions ont évolué et une personne laissant sa voiture de 22h à 8h paiera désormais 40 euros ! En effet, BlueLy affiche des tarifs de 2 euros la demi-heure, jour comme nuit. En journée, les tarifs n'étaient pas plus avantageux par le passé avec 1 euro la première heure et 3 euros les heures suivantes, mais c'est surtout la nuit, où les possesseurs de véhicules électriques en profitent le plus, que ce changement va faire grincer des dents.

Un habitant de Lyon et usager de ces bornes s'est même confié au quotidien local Le Progrès. Il assure ne pas avoir été prévenu et s'inquiète de la décision qu'il va devoir prendre : "Je ne vois pas comment je peux utiliser une voiture électrique dans ces conditions, mais ça n'aurait pas de sens de vendre mon électrique pour une voiture essence", explique Jean-Marc Bertrand. "Jusqu'à fin mai, je payais 5 euros pour 10 heures de recharge. Ce matin-là, le SMS de fin de recharge m'annonçait que je devais payer 42 € pour la même durée."

BlueLy demande aussi un abonnement de 15 euros la première année et 5 euros les suivantes, et dans le cas de Jean-Marc Bertrand, l'entreprise est la seule à proposer des bornes à proximité de son domicile. Le problème pour lui, c'est que sa voiture qui était jusqu'ici très avantageuse par rapport à un véhicule à moteur thermique affiche aujourd'hui des coûts prohibitifs au quotidien, comme il l'explique : "J'ai calculé, et au niveau coût, c'est comme si je conduisais une essence qui consomme 14 l/100 km."

'