Spark et Williams l'ont conçu !

Quelques jours après avoir dévoilé son logo, Extreme E a présenté le SUV qui prendra part aux débuts de la discipline, en 2021. Pour rendre hommage à la fois à la date de lancement du Championnat, mais aussi à l'aspect aventurier d'Extreme E, la machine a été baptisée Odyssey 21. Dévoilé dans le cadre du Festival of Speed de Goodwood par Gil de Ferran, président de la discipline, et Alejandro Agag, fondateur et partenaire, il n'est qu'une base de départ pour les constructeurs qui voudraient s'engager.

L'Odyssey 21 a été développé par Spark Racing Technology, déjà constructeur des châssis de Formule E, et Williams Advanced Engineering, qui se chargera de fournir les batteries. Le look présenté ce jour n'est que provisoire, car les constructeurs intéressés par la discipline auront la possibilité de changer des pièces de carrosserie, à savoir le capot moteur, les pare-chocs avant et arrière, les jupes latérales ainsi que la signature lumineuse, pour que le SUV ressemble à leur modèle de route. Les constructeurs auront aussi le droit de développer certaines pièces du moteur, mais des équipes qui ne sont pas des marques auront le droit d'utiliser la version de base de l'Odyssey 21.

Malgré ses apparences de buggy, le e-SUV affiche une puissance de 558 chevaux pour un poids de 1650 kilos. Il sera capable d'abattre le 0 à 100 km/h en 4,5 secondes, et le directeur technique de Spark Racing Technology, Théophile Gouzin, explique que le niveau de performance de l'Odyssey 21 surpassera "la puissance et le couple des voitures de WRC".

Odyssey 21 (Extreme E)
Odyssey 21 (Extreme E)
Odyssey 21 (Extreme E)
Odyssey 21 (Extreme E)
Odyssey 21 (Extreme E)

"Dès ses débuts, l'Odyssey 21 sera impressionnant par ses performances", explique Gouzin. "Les chiffres sont vraiment époustouflants. Nous avons innové dans plusieurs domaines. Par exemple, les roues font 940 mm, et des roues de cette taille n'ont jamais été utilisées dans autre chose que des voitures deux roues motrices auparavant. Cela signifie qu'on aura les bénéfices d'une meilleure motricité. Le couple et la puissance du moteur sont aussi une percée. Nous avons de très gros chiffres avec un petit ensemble, ce qui signifie un poids plus léger, de l'espace économisé, et de meilleures économies."

La première saison de l'Extreme E comportera cinq courses qui se dérouleront à des endroits où le dérèglement climatique et l'empreinte humaine ont déjà fait des dégâts, à savoir l'Arctique, l'Himalaya, le désert du Sahara, la forêt amazonienne et une île de l'océan Indien. Les essais débuteront cette année, en septembre, et les 12 véhicules engagés dans la première saison seront livrés en mars 2020, avant un test de groupe plus tard la même année, et le début de la compétition en janvier 2021.

'