L'écurie franco-japonaise va devoir changer d'approche.

Les dirigeants de Nissan e.dams, Jean-Paul Driot et Michael Carcamo, ont exposé le challenge que va représenter pour eux l'interdiction des groupes propulseurs à double MGU par la FIA pour la saison 2019-20 de Formule E.

La structure sarthoise a confirmé publiquement pour la première fois qu'elle disposait d'un design à double moteur, mais devra désormais soumettre à l'homologation un concept à moteur unique d'ici fin août en vue de la campagne à venir.

"Nous avons commencé avec un groupe propulseur relativement innovant, qui n'était pas facile à concevoir", expliquait Jean-Paul Driot à la veille de l'E-Prix de Suisse. "Nous avons eu beaucoup de difficultés pour le faire fonctionner et le fiabiliser. Nous avons désormais atteint la fiabilité avec la performance. Et nous l'avons jusqu'à la fin de la saison car après, nous reviendrons en très peu de temps à un seul [moteur]. Nous espérons donc pouvoir confirmer que c'était une bonne approche en remportant des courses à la fin de la saison."

"Nous avons toujours suivi la FIA, et nous avons tout fait avec la FIA depuis le début, y compris pour cette solution innovante. Nous avons été homologués. Mais apparemment, les gens se disaient que nous étions un peu trop compétitifs, donc il y a eu des pressions, et nous suivrons ce que veut la FIA. Nissan est là pour suivre [le règlement] tout en étant innovant, et c'est ce que nous essayons de faire. Nous relèverons le nouveau défi : revenir à un seul moteur en très peu de temps."

Carcamo ajoute que Nissan a travaillé au fil de la saison 2018-19 pour comprendre en quoi un moteur unique pourrait être bénéfique. "Comme dans toute entreprise et écurie, il y a plusieurs flux de travail, donc il y a toujours eu des gens qui étudiaient ça", indique-t-il à InsideEVs. "Parce que tous nos concurrents ont une solution à moteur unique. Il nous fallait donc comprendre ce qu'ils faisaient, et il y avait toujours une opportunité d'apprendre ce qu'ils faisaient, même si nous ne pouvions pas le mettre en œuvre."

"Nous allons désormais utiliser toutes les leçons que nous avons tirées de ce qui s'est passé cette saison et les utiliser avec nos propres informations afin de développer la saison 6. Nous avions déjà beaucoup de travaux en cours, sans aucun doute – la période d'homologation est bientôt. Il n'y avait donc aucune raison ni même possibilité d'attendre [une décision sur la légalité du double moteur]."

Lorsque nous lui demandons si le groupe propulseur à moteur unique de Nissan a été testé en piste en vue de la saison 2019-20, chaque motoriste ayant droit à 15 journées d'essais privés en plus des trois jours de tests officiels, Carcamo répond : "Pas le même que celui que nous utiliserons en course."