La séance (raccourcie) aura lieu quasiment trois heures plus tard que prévu.

Le shakedown de l'E-Prix de Suisse, prévu à 15h, a été retardé à 17h45 et ne durera que 15 minutes au lieu de 30, en raison de barrières et de grillages qui n'ont pas été installés à temps sur ce circuit de 2,75 km.

La Formule E et la FIA ont décidé de retarder le shakedown pour permettre aux 22 concurrents de découvrir le circuit dans des conditions normales, c'est-à-dire avec les 110 kW de puissance prévus à cet effet (contre 200 kW en course et 250 kW en qualifications). Si le shakedown avait eu lieu à 15h malgré l'absence de certains murs, il aurait fallu que les monoplaces suivent le Safety Car – mais il est encore possible que ce soit le cas si l'installation n'est pas terminée à temps.

Le paddock se trouve à près d'un kilomètre de la voie des stands, ce qui signifie que les monoplaces devront quitter leur garage à 17h25 pour débuter le shakedown à 17h45.

Avec un fort dénivelé et des sections étroites, le circuit de Berne est déjà particulièrement apprécié des pilotes. Lucas di Grassi l'a notamment décrit ainsi auprès d'InsideEVs : "à l'ancienne" et "semblable à Oulton Park, Macao et Pau, des circuits où le pilote fait vraiment la différence et où il faut avoir une très bonne voiture. Il n'y a pas de marge d'erreur et il faut être parfait."

Pour couronner le tout, la pluie est annoncée toute la journée ce samedi avec des orages notamment. "Si l'on combine ça avec la pluie, ça va être le chaos car la Formule E est super dure à piloter sous la pluie. Avec 250 kW, ça a l'air super rapide. J'ai vraiment hâte de piloter ici car je pense que ce sera passionnant. En course, il n'y aura pas tant d'endroits où dépasser."

"En bas de la colline, on ira aux alentours de 230 km/h, c'est assez rapide. Quand on tournera à cet endroit-là, ce sera la même sensation qu'en atteignant 400 km/h au Mans. Il y a beaucoup de forces latérales au freinage, mais pas de dégagement. Une petite erreur, la voiture survire un peu et on percute le mur."

Quant à Gary Paffett, il indique à notre micro : "Cela va être un challenge, car c'est étroit et les lignes droites ne sont pas si droites. Là y a beaucoup de courbes, et hors trajectoire, il y a des zones à éviter car il y a des bosses. Les dépassements seront durs, mais possibles. Défendre sera relativement facile ici. C'est la Formule E, donc on finira par trouver le moyen de doubler, mais ce ne sera pas facile."

Avec Alex Kalinauckas et Tom Errington