La marque allemande est en terre inconnue !

Sept mois. C'est le temps qu'il reste avant que Porsche ne soit sous les feux des projecteurs pour sa toute première course de Formule E, en ouverture de la saison 2019-20. En attendant, le constructeur allemand travaille d'arrache-pied pour se préparer, ayant déjà réalisé près de la moitié des 15 journées d'essais privés qui lui sont allouées avant les tests collectifs traditionnels du mois d'octobre.

Débuter dans le championnat tout électrique n'a rien d'évident, en témoignent les grandes difficultés rencontrées cette saison par HWA, qui tâte le terrain avant l'arrivée de Mercedes la saison prochaine. Avec deux rookies en Stoffel Vandoorne et Gary Paffett ainsi que des groupes propulseurs clients Venturi, la structure germanique a bien des difficultés à trouver la fiabilité et même la performance.

Lorsque nous lui demandons si Porsche s'attend à rencontrer les mêmes problèmes que HWA, son pilote titulaire Neel Jani répond pour InsideEVs : "C'est possible – nous ne le savons pas encore, nous n'en avons vraiment aucune idée."

Avant de rejoindre la Formule E, Porsche évoluait en Championnat du Monde d'Endurance avec sa 919 Hybrid, et c'était une véritable réussite : trois titres mondiaux et trois victoires aux 24 Heures du Mans de 2014 à 2017, pour 17 succès et un total de 43 podiums en 34 courses.

La Formule E est toutefois une autre paire de manches en matière de développement préalable à l'entrée en compétition, puisque les E-Prix ont exclusivement lieu sur des circuits urbains temporaires, tandis que les chronos des essais réalisés par les autres écuries sur de petites pistes permanentes ne sont pas rendus publics.

"L'autre problème que l'on a en Formule E, c'est par rapport à quand nous avons commencé le programme Le Mans 919 et nous avons testé à Bahreïn ou à Spa. Nous avions des temps de référence car les autres y avaient roulé [en WEC]", confirme Jani, vainqueur au Mans avec Porsche en 2016. "Mais sur quel circuit pouvons-nous aller [en FE] et avoir une référence ? Ce n'est pas possible, car ce sont des circuits qui n'existent qu'une journée."

"Et ces essais sont tous privés, on ne sait pas qui roule où, dans quelle configuration. Il n'y a donc aucune référence, et je pense que c'est une situation nouvelle. Normalement, on a au moins quelques références ; là, nous ne savons pas. Nous pensons que ce que nous faisons est correct, que c'est bien, mais nous ne pouvons pas en être sûrs, et c'est pourquoi je dis [que les difficultés sont possibles]."

"C'est une situation complètement nouvelle pour Porsche, et pour moi aussi, du fait de la voiture, du championnat, de la façon dont ils courent, de ce que nous faisons nous-mêmes, et de ce que nous n'avons pas le droit de faire – c'est surtout ça. Il y a largement plus de choses interdites qu'autorisées, ce qui rend ce challenge absolument unique. Un challenge unique que nous n'avons jamais relevé auparavant. Je ne connais pas l'Histoire de Porsche dans le moindre détail, mais c'est clairement quelque chose qui n'a pas existé si souvent dans son Histoire en compétition."

Avec Alex Kalinauckas