Le podium a bien failli lui échapper...

C'est fait : Felipe Massa est le quatrième rookie à monter sur le podium cette saison, après Pascal Wehrlein, Oliver Rowland et Stoffel Vandoorne. Mais cet E-Prix de Monaco, où le résident de la Principauté faisait office de local de l'étape, n'avait rien d'une sinécure pour lui.

Un quatuor dont Massa faisait partie aux côtés de Jean-Éric Vergne, Pascal Wehrlein et Oliver Rowland a dominé la course à un rythme effréné ; initialement quatrième, le pilote Venturi a profité d'une erreur de Wehrlein à Sainte-Dévote pour s'emparer du podium sur les terres de son écurie, mais encore fallait-il désormais résister à la Mahindra derrière lui tout en mettant la pression à la Nissan e.dams de Rowland pour la deuxième place. Si bien que Massa a parcouru les 150 derniers mètres de la course avec une batterie à vide, franchissant la ligne d'arrivée avec 0"178 d'avance sur Wehrlein !

"J'avais relativement bien géré la consommation durant toute la course, je ralentissais de la bonne manière derrière l'e.dams", estime Massa. "Juste au dernier tour, j'ai dû utiliser trop [d'énergie] et [Wehrlein] est parvenu à en économiser plus que moi – 1% de plus, je crois. Au dernier tour, il me heurtait car nous nous battions ; je ne pouvais pas freiner où je le voulais à l'intérieur, mais je ne pouvais pas le laisser freiner très tard à l'extérieur. C'était donc assez délicat, et il m'a heurté quelques fois au dernier tour. Je suis parvenu à finir la course sans batterie, sans énergie. J'ai tout perdu pour les 150 derniers mètres, mais il n'avait plus le temps de me doubler."

Lorsque nous lui demandons s'il s'attendait à manquer d'énergie, l'intéressé répond : "Je savais que ce serait à la limite, mais c'était plus que ce à quoi je m'attendais."

Avec ce podium, Massa a marqué presque autant de points que lors de ses huit premières courses en Formule E (15 contre 17). Le Brésilien affirme n'avoir "jamais douté" de sa compétitivité pour ses débuts dans le championnat tout électrique, même si "le podium est arrivé un peu plus tard que ce à quoi je m'attendais". Il s'explique : "On se met parfois des choses stupides à l'esprit. On voit qu'on est rapide, mais il se passe énormément de choses, et on se demande pourquoi. Mais je n'ai jamais douté. Je sais ce dont je suis capable et je ne suis pas là par chance, je suis là pour ce que j'ai fait dans ma carrière et je suis sûr que je peux faire encore plus."

Certains d'entre vous se rappelleront peut-être qu'à l'E-Prix de Londres 2015, Stéphane Sarrazin avait été pénalisé pour avoir franchi la ligne d'arrivée (en vainqueur !) avec 0% d'énergie ; si Massa ne l'a pas été, c'est parce que le passage à 0% entraîne une perte de puissance complète et automatique, ce qui n'était pas le cas avec la Gen1.

Déception pour Mortara

De l'autre côté du garage Venturi, Edoardo Mortara fait grise mine. Après l'E-Prix de Hong Kong, cinquième manche de la saison, l'Italo-Suisse était quatrième du championnat à deux points du leader... quatre zéros pointés plus tard (dont trois abandons – une panne et deux accrochages), le voilà relégué au 11e rang avec désormais 35 longueurs de retard.

Mortara fait néanmoins contre mauvaise fortune bon cœur, évoquant le succès de Massa pour InsideEVs : "Cela apporte un peu de positif au sein de l'équipe, et je pense qu'elle en avait besoin. Nous avons eu diverses difficultés ces quatre derniers week-ends mais nous étions toujours compétitifs. C'est un peu dommage d'avoir eu ces quatre week-ends, mais c'est bien que Felipe soit monté sur le podium."

Propos recueillis par Tom Errington