Une mauvaise manipulation sur le volant !

Pas de réussite pour António Félix da Costa. Sixième de l'E-Prix de Monaco, le Portugais pouvait signer une sixième arrivée consécutive dans les points, soit la meilleure série en cours ; las, il a été disqualifié pour avoir momentanément utilisé jusqu'à 228 kW de puissance au lieu de 200 kW. Le pilote BMW i Andretti a justement révélé avoir involontairement activé le mode attaque suite à une touchette avec la Jaguar de Mitch Evans.

"Evans a freiné super tard, m'a percuté, m'a envoyé hors de la piste – et quand il m'a heurté, le volant m'a échappé et j'ai appuyé sur le bouton de la puissance", relatait Félix da Costa à InsideEVs avant d'être informé de sa disqualification. "Je suis passé en mode 225 kW. Je l'ai eu pendant un tour complet, avant que les gars ne s'en rendent compte et que je repasse à 200 kW."

"Je n'ai rien gagné, mais je me suis fait percuter, j'ai perdu une place et je vais me faire pénaliser pour ça. Ce que j'ai dit aux commissaires, c'est : 'Écoutez, il y a des pilotes qui font des erreurs, qui provoquent l'abandon de concurrents, et ils ont trois places de pénalité sur la grille, cinq places de pénalité sur la grille ; s'il vous plaît, prenez ça en compte, comparez ça aux pires cas."

Daniel Abt a également perdu gros : sa huitième place, qui se serait transformée en septième position avec l'exclusion de Félix da Costa, s'est envolée en raison d'une pénalité de 33 secondes (l'équivalent d'un drive through) pour un accrochage avec Oliver Turvey.

"C'était un incident étrange", a commenté le pilote Audi Sport Abt Schaeffler à notre micro. "Le Full Course Yellow est arrivé, Turvey était devant moi. Nous avions cinq secondes pour ralentir et atteindre les 50 km/h, mais il n'a pas pris tout ce temps et a complètement freiné de suite. Je ne m'y attendais pas, car on perd trois secondes [en faisant ça], c'est beaucoup de temps. Il a freiné, et comme j'étais très près, j'ai dû réagir et j'ai freiné aussi fort que possible mais je l'ai quand même heurté par l'arrière. Je crois qu'il a eu une crevaison à cause de ça."

En fin de course, un dernier incident s'est produit lors que Sam Bird tentait de résister à Mitch Evans pour la sixième place, aux dépens du pilote Virgin, qui a subi une crevaison et a enregistré un quatrième zéro pointé consécutif.

"Les contacts, ça arrive avec ces voitures, c'est comme ça", a néanmoins philosophé Bird. "Mais les roues arrière étant ouvertes cette année, et les contacts étant inévitables dans ce championnat, si quelqu'un touche une roue arrière avec un bout d'aileron avant un peu pointu, même si ce n'est pas volontaire, ça fait crever le pneu. C'est exactement ce qui m'est arrivé à un tour et demi du but, et ça a gâché ma course."

Classé sixième, Evans conclut en résumant sa course : "C'était le chaos, à vrai dire. Un carnage. Certains étaient plus agressifs que d'autres, certains ont perdu du terrain parce qu'ils consommaient trop d'énergie. Il y a des pilotes expérimentés dont je n'attendais pas ça. J'étais au beau milieu de tout ça, j'ai parfois été pris là-dedans et j'en ai parfois profité. Nous avons signé un beau résultat."

Propos recueillis par Alex Kalinauckas