La marque se lancerait avec un crossover à sept places !

Plus de 18 mois après les premières annonces faites à ce sujet, le projet d'une voiture conçue par Dyson semble enfin prendre son envol et se rapprocher d'une phase de production. James Dyson avait expliqué en début d'année dernière que trois modèles allaient être conçus par la marque, et que le premier débarquerait sur le marché en 2020. Une échéance qui se rapproche donc à grande vitesse puisque le premier semestre de 2019 est déjà bien entamé. C'est donc plutôt rassurant d'avoir enfin des nouvelles du projet, même si la présentation devrait logiquement se faire en 2021.

Un projet qui, si l'on se fie au schéma datant de 2017 qui a fait surface, sera un crossover avec trois rangées de sièges. Le schéma montre une forme allongée qui n'est pas sans rappeler le Renault Espace, mais ce véhicule pourrait avoir une apparence finale assez éloignée de ce schéma, si ce n'est dans le concept, qui pourrait bien rester celui d'un crossover familial. S'il s'agit bien du premier modèle, il serait diffusé en assez petite quantité, à hauteur d'environ 10'000 exemplaires, ce qui est par exemple le nombre d'exemplaires réservés de la première voiture électrique de la start-up Sono Motors, la Sion.

Les deux modèles suivants, quant à eux, pourraient embarquer une nouvelle technologie de batteries solides, qui permettrait de gagner en autonomie et en temps de recharge. En outre, Dyson veut profiter de l'obligation de placer les batteries à plat au fond de la voiture pour gagner en habitabilité. Pour rappel, ce sont 400 personnes qui travaillent sur ce projet. La marque a débloqué 100 millions d'euros dans le but de restaurer des hangars devenus le QG de l'équipe se penchant sur ces voitures. Le site devrait d'ailleurs rapidement se doter d'une piste d'essais pour environ 140 millions d'euros supplémentaires.

Mais ces investissements ne seront rien par rapport à l'ensemble du projet, puisqu'une usine est en construction à Singapour, où les modèles développés en Angleterre seront construits. Le choix de la cité-État a été facilité par l'implantation déjà massive de la marque là-bas, pour la fabrication de ses aspirateurs, systèmes de climatisation ou encore de ses sèche-mains et sèche-cheveux. Ce sont 300 employés supplémentaires qui seront ajoutés au total des 1100 déjà présents à Singapour, afin de construire des voitures que James Dyson espère rapidement aussi écologiques et efficientes que possible.

'