La clé de la victoire à l'E-Prix de Paris.

Aux Invalides, Robin Frijns a remporté une course chaotique, perturbée par la pluie, en surmontant les dégâts liés à une touchette avec Sébastien Buemi et de nombreuses neutralisations de l'épreuve.

Ayant signé une troisième place comme meilleur résultat lors de ses deux premières saisons en Formule E, en 2015-16 et 2016-17, Frijns avait déjà fait mieux à l'E-Prix de Marrakech, deuxième, mais ne s'était jamais qualifié plus haut que la huitième place avant de s'élancer du troisième rang à Paris. Selon lui, c'est grâce aux progrès réalisés par Virgin ces dernières semaines.

"Au début de la saison, je n'étais pas le meilleur en qualifications. J'ai vraiment progressé et fait un grand pas en avant", déclare le Néerlandais pour InsideEVs. "L'équipe m'a aidé et je m'y sens vraiment à l'aise. Sam [Bird] a été un très bon coéquipier. Je me sens simplement chez moi, et c'était le bon timing pour remporter ma première victoire."

Lorsque nous lui demandons dans quels domaines il a travaillé pour améliorer ses qualifications, Frijns répond : "Juste la confiance, plus ou moins ; je ne dirais pas que c'est parce que je ne courais pas l'an dernier. Certes, ça ne me rend peut-être pas la vie facile, mais nous n'avons pas fait d'essais [pour 2018-19, en tant qu'équipe cliente] non plus. Tous les systèmes que nous avons [sur la Gen2], notamment le brake-by-wire, se comportent différemment de ce à quoi l'on s'attend au début. J'avais donc des difficultés avec ça, mais je progresse."

"Ici, en qualifications, j'avais vraiment le sentiment d'avoir fait deux bons tours – de petites erreurs, mais au début, j'étais toujours trop prudent et j'ai même heurté le mur en Super Pole au virage 10. J'attaquais vraiment, donc j'étais vraiment content de finir le tour [à l'avant de la grille]."

Directeur de l'écurie Virgin, Sylvain Filippi explique que le travail entrepris par Frijns et son équipe était focalisé sur le pilote, et le fait qu'il sache "qu'il a tout notre soutien". Filippi indique à InsideEVs : "Le principal est de lui donner la confiance – que nous sachions qu'il peut le faire, qu'il sache qu'il peut le faire, qu'il sache qu'il a la voiture. Il s'agit de tout rassembler. Il n'y a pas de magie noire, il faut juste qu'il sache qu'il a tout notre soutien. Et il l'a depuis le premier jour, évidemment, mais parfois, quand on rejoint une nouvelle équipe, ça prend du temps de connaître tout le monde et de faire fonctionner les choses."