Mais depuis, tout a changé !

Lucas di Grassi ne mâche pas ses mots. Le Champion 2015-16 de Formule E a connu un début de saison difficile, avec seulement neuf points marqués lors des trois premières courses, mais il a ensuite rebondi avec une victoire remportée de justesse à Mexico, suivie d'une deuxième place à Hong Kong.

S'il n'a pas retrouvé ces sommets lors des dernières courses, piégé par sa place dans le premier groupe des qualifications (il n'était que dixième sur la grille à Sanya, 14e à Rome et huitième à Paris), di Grassi n'en démord pas : la monoplace de l'écurie Audi Sport Abt Schaeffler a fait des progrès non négligeables.

"Nous étions en très mauvaise forme au début", déclare le Brésilien pour InsideEVs. "À Riyad, nous n'avions pas le rythme, la voiture était un désastre. Puis nous avons progressé pour Marrakech, nous nous sommes battus pour le top 5. Nous étions très rapides à Santiago, à Mexico ; c'était bien à Hong Kong, avec un deuxième podium, sous la pluie. La voiture est assez bonne maintenant, nous avons beaucoup progressé lors des dernières courses."

"Je ne vais pas entrer dans tous les détails, mais nous avons fait beaucoup d'efforts pour améliorer le software, les réglages, le pilotage, tout ! Ce n'est pas une seule chose, ce sont beaucoup de petites choses qui font une grande différence."

Audi Sport Abt Schaeffler compte cette saison quatre podiums – deux pour di Grassi, deux pour Daniel Abt –, chiffre surpassé par l'écurie cliente Envision Virgin Racing, avec cinq top 3 dont une victoire chacun pour le leader du championnat Robin Frijns et Sam Bird. Ce dernier, à notre micro, donne 5/10 à sa première moitié de saison.

"Rien d'exceptionnel", nous explique Bird. "J'ai franchi la ligne d'arrivée en vainqueur deux fois, mais je n'ai conservé qu'une de ces deux victoires. J'ai eu deux abandons parce que je me suis fait percuter. C'est mitigé, dans l'ensemble. Il nous faut davantage de constance. Je n'ai pas le sentiment d'avoir commis tant d'erreurs que ça, je n'y suis simplement pas arrivé pour une raison ou une autre."

Virgin a notablement gagné en performance avec les groupes propulseurs Audi par rapport aux saisons précédentes, et Bird ne cache pas que l'apport du constructeur allemand a été bénéfique à la structure britannique : "C'est utile. Audi fait du très bon travail, et c'est le cas depuis le début de ce championnat. Beaucoup de pilotes sont très rapides actuellement, donc c'est de plus en plus difficile, mais Audi fait du très bon travail et c'est génial d'avoir cette relation de partage."

Di Grassi rétorque : "Nous, ça ne nous aide pas du tout. Eux, ça les aide beaucoup, parce qu'ils reçoivent tout ce qu'on a ! Ils ont 100% de notre équipement, il n'y a pas de différence [de traitement]. Mais dans l'autre sens, ils ne nous donnent rien. Pour nous, il n'y a pas de grand avantage à ce que Virgin utilise des groupes propulseurs Audi." Quoi qu'il en soit, les moteurs aux anneaux ont déjà remporté trois E-Prix cette saison, contre une seule victoire pour BMW, Mahindra, Venturi, DS et Jaguar.